VIDÉOS. Municipales 2014 - Nice : le "roi" Estrosi et le "maudit socialiste"

le
0
Le candidat socialiste tente de faire tomber le maire ultrapopulaire.
Le candidat socialiste tente de faire tomber le maire ultrapopulaire.

L'un insiste lourdement pour être filmé sur "sa" promenade du Paillon, l'immense jardin municipal qui traverse la ville et qu'il a fait bâtir à l'emplacement d'un parking. L'autre affiche, au contraire, sa réticence à être suivi par une caméra lorsqu'il part à la rencontre des habitants. Et pour cause : s'il ne s'agit que d'un instantané de campagne, le contraste est frappant entre Christian Estrosi, maire superstar, adulé par des habitants qui lui vouent un véritable culte de la personnalité, et Patrick Allemand, qui, en plus de porter sur ses épaules tout le poids de l'impopularité gouvernementale, fait face à un électorat niçois traditionnellement hostile à la gauche. Le premier, qui récolte 50 % des intentions de vote, est une véritable machine de guerre électorale dans cette terre très droitière. Il serre les mains, embrasse les petites filles et les handicapés, rassure les enfants égarés pris en charge par la police, discute avec des grands-mères fans de Nicolas Sarkozy qui s'inquiètent pour leur chihuahua face à la terrifiante menace des "piss bulls". Chaque passant a droit à son petit mot ou à sa photo avec un maire dont le bilan ne cesse d'être loué. Au point que certains pourraient imaginer une mise en scène préparée avec des figurants pro-Estrosi, payés pour faire bonne impression... Avec 19 % des intentions de vote, le second ne s'en sort pas si mal dans un contexte local et national loin de lui être favorable....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant