VIDÉOS. La dictée aux États-Unis : un événement XXL

le
0
Jason Bateman dans Bad Words, une comédie de 2013 qui surfe sur le succès des spelling bee.
Jason Bateman dans Bad Words, une comédie de 2013 qui surfe sur le succès des spelling bee.

Comment rendre attrayant un sujet tel que l'orthographe ? En France, nous avons la dictée de Bernard Pivot. Les Américains, eux, ont des spelling bee, littéralement des "réunions pour épeler", c'est-à-dire un championnat d'orthographe ouvert aux élèves de classes inférieures à la 3e ou de moins de 15 ans. Un jury leur demande d'épeler des mots de difficulté croissante au cours de rounds dont ils sont éliminés à la moindre erreur, qui leur est signalée par le son d'une cloche. Un concours pittoresque pourtant relativement méconnu en France, qui a le mérite d'illustrer quelques clichés sur les États-Unis. Et d'abord le fait que l'Amérique voit grand. En effet, le moins que l'on puisse dire est que ce concours a tout de suite été conçu comme une prestigieuse opération d'envergure nationale. Puisque les finalistes du premier spelling bee, qui eut lieu en 1925, furent invités à la Maison-Blanche par le président Coolidge. Et que les associations, qui perpétuent cette tradition depuis lors avec l'aide de sponsors, organisent chaque année pour des millions d'écoliers, et en liaison avec de nombreuses écoles du pays, des tournois locaux, régionaux et nationaux dont la finale, retransmise en direct à la télévision, attire plus de 4 millions de téléspectateurs. Une organisation au millimètreC'est connu, l'Amérique privilégie le rendement et l'efficacité. Ce qui, à l'échelle du pays, implique la mise en place de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant