VIDÉOS. "Barbe", "chèche", "habillement" : Marine Le Pen somme les ex-otages de s'expliquer

le
0
François Hollande, accueillant sur le tarmac de la base de Vélizy-Villacoublay les quatre otages d'Arlit.
François Hollande, accueillant sur le tarmac de la base de Vélizy-Villacoublay les quatre otages d'Arlit.

Qu'imagine-t-elle, Marine Le Pen ? Invitée ce matin sur Europe 1, la présidente du Front national a affirmé avoir eu une étrange impression à la vue des quatre otages d'Arlit - Daniel Larribe, 62 ans, Thierry Dol, 32 ans, Pierre Legrand, 28 ans, et Marc Féret, 46 ans - de retour sur le sol français après plus de trois ans de captivité dans le désert sahélien.

"Ces images m'ont laissée dubitative, je vous le dis très sincèrement. J'ai trouvé cette extrême réserve étonnante, j'ai trouvé leur habillement étonnant, j'ai ressenti un malaise en voyant ces images, je pense que j'ai pas été la seule, voilà", a-t-elle déclaré alors que le journaliste Thomas Sotto lui demandait simplement si elle avait été touchée par leur libération.

"Je ne suis pas dans l'allusion"

Pressée de s'expliquer par son intervieweur, un brin interloqué, elle persiste et ajoute : "Si, vous comprenez très bien ce que je vous dis parce que c'est ce qu'ont ressenti beaucoup de Français. On avait l'impression d'avoir des images d'hommes très réservés, c'est le moins qu'on puisse dire. Les deux qui portaient la barbe taillée d'une manière assez étonnante, l'habillement était étrange. Cet otage avec le chèche sur le visage... Tout ça mérite quelques explications de leur part."

Pense-t-elle qu'ils ont été islamisés pendant leur détention par des ravisseurs extrémistes ? "Non, non, écoutez, je ne suis pas dans l'allusion, je vous explique le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant