VIDÉO. WTCC : quand les joueurs de l'OM deviennent les copilotes de Loeb

le
0
L'appréhension de Gignac dans l'habitacle de la C-Élysée, avec Sébastien Loeb au volant, sur le circuit du Castellet.
L'appréhension de Gignac dans l'habitacle de la C-Élysée, avec Sébastien Loeb au volant, sur le circuit du Castellet.

Sébastien Loeb est un homme heureux. "Ce que j'aime, c'est conduire, piloter ; je ne me voyais pas assister à une course depuis le muret des stands", a confié le nonuple champion du monde des rallyes à Auto-Addict, quelques heures avant de prendre le départ de sa première course officielle en WTCC. C'était dimanche dernier et l'Alsacien, qui disait appréhender ces débuts, notamment le départ, s'est montré intraitable. Deuxième de la première course, premier du deuxième round, Sébastien Loeb a démontré toutes ses aptitudes à résister face aux meilleurs de la discipline. "On sent la maîtrise" (Morel à propos de Loeb) Mais après Marrakech et son circuit plutôt facile à négocier, place au circuit Paul Ricard au Castellet. Sébastien Loeb y a déjà ses habitudes au volant de la C-Élysée, lui qui a effectué avec Citroën des essais avant-saison. Avant de se lancer dans la compétition, le Français se plie comme il se doit à certaines obligations promotionnelles. Ainsi, il s'est vu effectuer certains tours avec certains joueurs de football de l'Olympique de Marseille. André-Pierre Gignac, Bruno Cheyrou et Jérémy Morel, dont la saison en club est bien plus mouvementée que les premiers pas de Loeb en WTCC, ont troqué leur short pour une combinaison et goûté aux joies de la piste. "La peur s'en va rapidement parce qu'on sent qu'il y a de la maîtrise, dès le premier virage" explique Morel. Gignac, lui, prend déjà rendez-vous :...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant