VIDÉO. Twitter au tribunal : faut-il interdire les portables dans les prétoires ?

le
0
Au Tribunal de l'Internet.
Au Tribunal de l'Internet.

Internet ne cesse de se réinventer, enchaînant les modes et les usages les plus improbables, pour le meilleur ou pour le pire. Tout ce qui est techniquement possible est-il pour autant légitime ? Où placer le curseur des libertés sur Internet ? Faut-il créer de nouvelles infractions ? À vous de juger ! Après la Neknomination et la gestation pour autrui (GPA) on line, le tribunal de l'Internet juge aujourd'hui les twittos qui gazouillent pendant les procès. Les spectateurs mais aussi les avocats, les jurés d'assises et les juges bavardent voire plaisantent sur la Twittosphère. Un avocat général et un des juges assesseurs aux assises s'étaient même fait épingler par un journaliste après avoir échangé une série de tweets commentant le procès. "On a le droit de gifler un témoin ?" interrogeait l'un. "Un assesseur exaspéré qui étrangle sa présidente en pleine audience d'assises, ça vaut combien ?" ironisait l'autre... Une situation "désastreuse pour l'image de la justice", a jugé la chancellerie, qui a déjà demandé le déplacement d'office de l'un des magistrats. D'où la question posée au tribunal de l'Internet : faut-il verrouiller les tweets dans les prétoires ? Faut-il évincer un juré qui bavarde sur la Twittosphère avant le verdict ? Faut-il sanctionner ceux qui critiquent leurs juges sur le réseau social ? À vous de juger ! Mais simplement... après avoir écouté les arguments "pour" et "contre" de nos deux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant