VIDÉO. Municipales à Nice : le FN à la peine

le
0
La candidate partage la galette des rois du FN avec son mentor en 2010.
La candidate partage la galette des rois du FN avec son mentor en 2010.

Nice, samedi midi. Grand beau temps sur la place de la Libération. Outre les gros légumes, les poissons frais et les terrasses inondées de soleil, le marché propose son lot de candidats aux élections municipales qui s'approchent à grands pas. Enserrée dans une aveuglante veste jaune poussin, la candidate frontiste Marie-Christine Arnautu laboure l'ultra droitière terre niçoise, qui a propulsé Marine Le Pen (23,02 %) en deuxième position de la présidentielle le 22 avril, derrière Nicolas Sarkozy (34,65 %), et devant François Hollande (22,37 %), troisième choix des Niçois. Les rapatriés d'Algérie ainsi qu'une forte proportion de retraités forment les deux jambes d'un corps électoral très attaché au drapeau tricolore et à la préférence nationale. Un boulevard pour le FN.Malgré ce climat favorable, la vice-présidente chargée des affaires sociales au sein du parti ne parvient pas à transformer le vote bleu en vote bleu marine. Créditée de seulement 12 %, son objectif électoral se limite à la constitution d'une opposition plus "frontale" que celle du candidat socialiste Patrick Allemand, accusé de "mollesse", voire de "complicité" passive avec Christian Estrosi. Un maigre objectif dans ce berceau de l'extrême droite, qui s'explique, entre autres, par l'attachement des Niçois à leur maire, dont la cote de popularité (50 % d'intentions de vote au premier tour) est beaucoup plus solide que le légendaire château qui surplombait la ville avant...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant