VIDÉO. Loi sur la prostitution : les pro et les anti s'opposent dans la rue

le
0
À Toulouse, une centaine de manifestants s'est opposée au projet de loi de pénalisation des clients de la prostitution.
À Toulouse, une centaine de manifestants s'est opposée au projet de loi de pénalisation des clients de la prostitution.

"Vous couchez avec nous, vous votez contre nous", crient des prostituées, "le corps d'une femme n'est pas une marchandise", rétorquent les autres : séparés de quelques centaines de mètres, partisans et opposants à la pénalisation des clients ont manifesté vendredi près de l'Assemblée. Entamé à la mi-journée, le débat sur la proposition de loi visant à sanctionner les clients de prostituées a démarré dans un hémicycle rempli d'à peine une vingtaine de députés.

À l'extérieur, sur l'esplanade des Invalides, souvent cachées derrière des masques blancs ou rouges, des cagoules ou des écharpes, environ 150 prostituées ont dit leur opposition à un texte "anti-putes". La proposition de loi prévoit entre autres de sanctionner l'achat d'un acte sexuel d'une amende de 1 500 euros, doublée en cas de récidive, ce qui selon ces prostituées revient à les pénaliser. "Ils essaient de nous empêcher de travailler", déplore Thierry Schaffauser, militant du Syndicat du travail sexuel (Strass), qui appelait au rassemblement. "On fait un amalgame entre le travail forcé et l'exploitation consentie."

"On a besoin des clients" (prostituée)

"Où, quand, comment, combien je prends, ce choix me revient, mon corps m'appartient", chantaient les travailleuses du sexe, soutenues par des membres des associations Aides, Act Up, Médecins du monde, ou Les Amis du bus des femmes. Lunettes de soleil et chapeau fleuri, Priscilia, "professionnelle depuis plus de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant