VIDÉO. Le Point politique : premier tour des municipales et rumeurs de remaniement

le
1
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le président de la République François Hollande. © Christophe Ena / Sipa
Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le président de la République François Hollande. © Christophe Ena / Sipa

Il n'en fallait pas plus pour que la classe politique lâche prise. Les résultats du premier tour des élections municipales dessinent un fort recul de la gauche. L'opposition invoque le "désaveu" des Français, leur "déception" et leur "colère", pour faire valoir ses résultats en progression. Du côté de la majorité, c'est l'embarras. Pressés par les demandes de remaniement, qui émanent de l'opposition comme de leur propre camp, les membres du gouvernement laissent planer un mystère. François Hollande "tirera les conséquences" des résultats, admet Laurent Fabius ; "Nous avons toujours su (...) que ça pouvait s'arrêter un jour", pour Najat Vallaud-Belkacem. L'imminence d'un remaniement ne fait plus aucun doute. Les trublions du parti, eux, en rajoutent. Tenace, Malek Boutih continue de demander le départ de Jean-Marc Ayrault. En novembre, des propos similaires lui avaient attiré les foudres de l'ensemble de son camp. Comme quoi, au Parti socialiste, il faut souvent des chiffres pour faire entendre les mots. Le FN éclipse tout le reste Le grand "gagnant" des municipales, à en croire la déferlante médiatique, c'est le Front national. Il est assuré de récolter au moins une mairie, avec la victoire au premier tour de Steeve Briois à Hénin-Beaumont, terrain de chasse du FN depuis des années. À force de ténacité, il a fini par s'y implanter. À cet exemple s'ajoutent la vingtaine de mairies que le parti...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 28 mar 2014 à 16:52

    Quelle bande de c.., ce sont eux qui font monter et profitent du FN par le biais des triangulaires. Des pou..rris jusqu'à la moelle qui mériterait amplement l'échafaud.