VIDÉO. Le Point politique de la semaine : l'ex-président déclare la guerre au PS

le
0
Nicolas Sarkozy a brisé le silence aujourd'hui sur les écoutes dont il fait l'objet.
Nicolas Sarkozy a brisé le silence aujourd'hui sur les écoutes dont il fait l'objet.

Mardi dernier, le site Mediapart publie le compte rendu de sept des écoutes de Nicolas Sarkozy. Ces retranscriptions semblent valider l'idée d'un trafic d'influence au sein de la Cour de cassation. De plus les enregistrements révèlent que Me Herzog, lors d'une conversation privée avec son client, qualifiait les juges en charge de l'affaire Bettencourt de "bâtards". Le lendemain, Me Herzog s'explique au micro d'Europe 1 "ce sont des écoutes privées, des conversations téléphoniques dans lesquelles j'ai pu me lâcher." L'affaire connaît un rebondissement hier soir. Le Figaro publie la réponse de Nicolas Sarkozy. Dans une tribune intitulée "Ce que je veux dire aux Français" l'ancien président compare ses mésaventures avec le film La Vie des autres, et fait un rapprochement avec la Stasi. Il s'insurge que "des principes sacrés de notre République soient foulés aux pieds avec une violence inédite". Cette sortie a provoqué des réactions outrées au Parti socialiste. Le ministre de l'Économie Michel Sapin a comparé la méthode à celle de Berlusconi, allant jusqu'à parler de "coup d'État verbal". François Hollande a quant à lui déclaré que les déclarations de l'ancien chef de l'État introduisent "un doute qui n'a pas sa place". Ou encore que "toutes comparaisons avec des dictatures est forcément insupportable". Les différents leaders de l'UMP se sont, pour leur part, logiquement rangés derrière leur ancien chef, reprenant pour la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant