VIDÉO. Le Point politique de la semaine : échec socialiste aux municipales et remaniement

le
0
François Hollande et Manuel Valls, mercredi à l'Élysée. © Eric Feferberg / AFP
François Hollande et Manuel Valls, mercredi à l'Élysée. © Eric Feferberg / AFP

Déculottée

En un tour de scrutin, le gouvernement est mis K.-O. Le parti socialiste a essuyé un violent échec aux élections municipales, perdant 155 villes de plus de 9 000 habitants au profit de l'UMP, le 30 mars. Emphatique, Florian Philippot s'est, lui, targué d'assister à une victoire "historique" du Front national. Le parti fait en réalité une percée légère, remportant une dizaine de mairies. Un succès d'autant plus relatif que, dans les années 1990, il avait remporté plus d'un millier de sièges de conseiller municipal, soit un nombre proche de son score de dimanche. Il n'empêche que la coqueluche des écrans, dimanche, c'était bien lui. Au point d'éclipser l'essor des Verts, qui dépassent leur score de 2008 et remportent la mairie de Grenoble, ville de plus 100 000 habitants, et conservent la mairie du 2e arrondissement de Paris.

Après la déculottée socialiste vient l'heure des choix. Fait largement pressenti dès le premier tour, Jean-Marc Ayrault a déposé sa démission lundi. Suite logique de son allocution télévisée de la veille, entrelacée de silences gênés : "Cette responsabilité-là est collective et j'y prends toute ma part."

La droite sourit, la gauche râle, les Verts claquent la porte

Ainsi débute le feuilleton du remaniement. François Hollande annonce lundi la nomination de Manuel Valls, promu à Matignon. Un choix clivant, à gauche, mais plutôt rassembleur à droite - du moins, jusqu'à ce qu'il annonce la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant