VIDÉO. La méthode Valls n'a pas suffi à convaincre les frondeurs

le
0
Le plan d'économie présenté par Manuel Valls a été voté mardi à l'Assemblée nationale.
Le plan d'économie présenté par Manuel Valls a été voté mardi à l'Assemblée nationale.

"Le moment est historique", il s'agit "d'un second vote de confiance", "le vote conditionne la légitimité du gouvernement". Certes, le vote sur le programme de stabilité budgétaire n'avait, sur le papier, qu'une valeur indicative, mais le Premier ministre Manuel Valls et son entourage étaient conscients avant celui-ci, qu'un camouflet aurait pu ouvrir une crise politique de grande ampleur après l'énorme claque des municipales. Pour réussir à faire adopter son texte -265 voix contre 232- ils ont entrepris, pendant les jours qui ont précédé le vote, jusqu'aux dernières secondes avant l'heure de vérité, un véritable travail de maçon sur le mur branlant de sa majorité. Dans le camp du Premier ministre, on a joué la mise en scène des "relations nouvelles" entre Matignon, le groupe parlementaire, et le parti socialiste qui s'est prononcé mardi matin en faveur de ce plan d'économie, suite aux concessions octroyées par Valls sur les petites retraites ou le plan contre la pauvreté. Les proches du Premier ministre insistaient ce mardi sur le respect des institutions et le dialogue nouveau qui s'est installé entre ses représentants : "les planètes sont enfin alignées" !CamoufletMais si dialogue il y a eu, ce n'est pas seulement entre les présidents des groupes parlementaires, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, qualifiés de véritables "rouages" des institutions de la Ve République par Harold Hauzy, le directeur de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant