VIDÉO. La charge de Marine Le Pen contre Manuel Valls

le
0
Pour Marine Le Pen, ça fait des années qu'on adapte le nombre de personnes qui sont condamnées au nombre de places de prison, au lieu du contraire.
Pour Marine Le Pen, ça fait des années qu'on adapte le nombre de personnes qui sont condamnées au nombre de places de prison, au lieu du contraire.

Manuel Valls agace prodigieusement Marine Le Pen. La patronne du FN s'est livrée, jeudi matin sur BFM TV, à une diatribe virulente contre le ministre de l'Intérieur, coupable à ses yeux de deux méfaits majeurs : être impuissant face à la délinquance et mener campagne contre le FN avec les moyens du ministère de l'Intérieur."On ne peut pas tout faire, hein ! Aller soutenir les candidats du PS et faire baisser la délinquance", s'est exclamé Mme Le Pen, qui pointe d'abord l'envolée des cambriolages : un "délit" qui entraîne de graves souffrances psychologiques, c'est le viol de l'intimité", a-t-elle déploré. Puis d'accuser la politique de Valls en matière d'immigration et de répression : "L'ouverture totale des frontières en France a entraîné l'arrivée de mafias, de réseaux étrangers (...) Ça fait des années qu'on adapte le nombre de personnes qui sont condamnées au nombre de places de prison", au lieu de faire le contraire. "Un homme inquiétant"Mais le pire est à venir aux yeux de Marine Le Pen qui égrène le nom des villes où s'est rendu dernièrement le ministre de l'Intérieur : Forbach (où la tête de liste FN est le vice-président du parti Florian Philippot) Sorgues ou encore Carpentras. Dimanche, le ministre de l'Intérieur sera à Hénin-Beaumont, où un autre ténor du Front, Steeve Briois, se présente et a des chances de l'emporter.Une ultime provocation pour la présidente du FN qui, questionnée sur le nombre de villes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant