VIDÉO. Grèce : le crépuscule pour Aube dorée ?

le
1
Des militants d'Aube dorée devant le Parlement grec le 29 mai 2013.
Des militants d'Aube dorée devant le Parlement grec le 29 mai 2013.

Rares sont ceux qui auraient imaginé cette opération possible. C'est pourtant arrivé. Un vaste coup de filet de la police antiterroriste contre Aube dorée a commencé samedi matin et n'est pas près de s'arrêter. Trente-deux mandats d'arrêt ont été lancés. En quatre heures, dix membres du parti ultranationaliste grec ont été arrêtées, dont cinq députés, y compris le secrétaire général du parti Nikos Michaloliakos. L'arrestation d'un dirigeant de parti politique est une première en Grèce depuis 1974, date du retour de la démocratie. Le chef d'accusation porté par la police pour lever l'immunité parlementaire est des plus lourds : "flagrant délit d'appartenance à une organisation criminelle".

Le parti néonazi, fort de ses 18 députés au Parlement depuis les élections de juin 2012, est dans la ligne de mire de la police antiterroriste depuis l'assassinat, il y a dix jours, de Pavlos Fyssas, un rappeur de 34 ans, mort sous les coups de couteau d'un membre présumé d'Aube dorée. Un véritable électrochoc pour la population grecque qui a défilé par milliers, tous les jours, dans les rues d'Athènes pour exprimer sa colère. Ce meurtre a également secoué toute la classe politique et jusqu'au gouvernement décidé à en finir avec l'impunité d'Aube dorée."Le gouvernement a agi trop tard"

D'autres députés sont recherchés par la police antiterroriste, dont un policier, accusé d'être directement lié au parti. La police grecque est...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le samedi 28 sept 2013 à 17:54

    Personne ne peut aller contre la vox populi.