VIDEO-FOOT: Luis Suarez s'autoparodie dans une publicité

le
0
VIDEO-FOOT: Luis Suarez s'autoparodie dans une publicité
VIDEO-FOOT: Luis Suarez s'autoparodie dans une publicité

Les publicitaires sont passés par là. L'attaquant uruguayen de Liverpool Luis Suarez qui fait autant parler de lui pour ses nombreux écarts de conduite sur la pelouse que pour son efficacité devant les buts (demandez à l'équipe de France), véritable idole dans son pays, est le personnage principal d'une publicité pour le groupe Abitab dans laquelle il joue le rôle d'un employé de bureau un peu particulier. Une prestation toute en auto dérision qui a pour but de polisser l'image de cet enfant terrible du foot impliqué dans des affaires de racisme et de violence sur la pelouse.

«Il est un peu compétitif», «Certaines de ses attitudes demandent à être améliorées», «C'est parfois difficile de travailler avec lui», témoignent ses collègues à propos de Suarez. On voit l'international uruguayen empêcher notamment un collègue de taper à l'ordinateur, manifester son dépit lorsque la cafetière est vide ou plonger comme s'il voulait obtenir un pénalty après avoir été effleuré par son voisin de bureau. Le spot se termine sur un Suarez tout sourire, qui apporte à un gâteau d'anniversaire à une jeune collègue, âgée de 20 ans, comme l'entreprise pour laquelle il fait de la publicité.

«On a voulu montrer que Luis est quelqu'un qui aime la compétition, qui aime gagner et qui peut commettre des erreurs, mais jamais avec mauvaise intention», a expliqué l'agence de publicité en charge de la réalisation de ce spot.

VIDEO. Le spot publicitaire (sous-titré en anglais)

Morsure, insultes, plongeons, le palmarès de Luis Suarez

L'attaquant traîne une réputation de quasi bad-boy mais reste d'une efficacité redoutable devant les buts. Ses faits et gestes restent quand même édifiants. En avril, Suarez a mordu au bras le défenseur serbe de Chelsea Branislav Ivanovic lors d'un match de Championnat d'Angleterre. Un geste fou pour lequel il avait écopé de 10 matches de suspension.

En Angleterre, son image était déjà ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant