Vidéo en ligne: le coût des contenus grimpe, Netflix relève ses tarifs

le
0
Vidéo en ligne: le coût des contenus grimpe, Netflix relève ses tarifs
Vidéo en ligne: le coût des contenus grimpe, Netflix relève ses tarifs

L'un des services les plus populaires de vidéo en ligne à la demande, l'américain Netflix, va relever ses tarifs, un signe du coût croissant des contenus sur ce marché où la concurrence s'exacerbe.Netflix, en pleine expansion internationale avec un lancement attendu cette année en France et en Allemagne, a annoncé lundi "une augmentation (de son tarif mensuel) d'un dollar ou deux selon les pays" d'ici fin juin. Le service est facturé depuis son lancement en 2010 à 7,99 dollars aux Etats-Unis."Si nous voulons continuer à nous étendre, faire plus de contenus originaux, plus de séries, plus de films, nous devons augmenter un peu les prix", s'est justifié le directeur général Reed Hastings.Amazon a déjà relevé de 79 à 99 dollars par an le prix aux Etats-Unis de son service "Prime", qui donne accès à un service concurrent de vidéo à la demande en streaming (flux sans téléchargement).L'augmentation chez Netflix se limitera aux nouveaux abonnés et aura donc un impact "modeste" sur le chiffre d'affaires, mais cela permettra "d'obtenir des droits pour plus de contenus et les fournir en vidéo de très haute qualité", a fait valoir M. Hastings.Il est obligé de faire monter les enchères face à Amazon ou d'autres acteurs comme Hulu pour décrocher des droits de rediffusion exclusifs pour des séries télévisées. Et certains analystes craignent que la tension augmente avec l'éventuelle arrivée d'Apple sur le marché.Netflix investit aussi dans des productions originales comme la série politique "House of Cards" ou celle en milieu carcéral "Orange is the new black".Les analystes de BMO Capital Markets évoquent "un cercle vertueux", les meilleurs contenus suscitant de nouveaux abonnements, qui à leur tour financent davantage de contenus. - Problèmes de débit - Cette stratégie semble jusqu'ici payer: Netflix a gagné près de 4 millions d'abonnés au premier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant