VIDÉO. Élysée : Jean-Pierre Jouyet va devoir travailler avec son "meilleur ami"

le
0
Jean-Pierre Jouyet et François Hollande, le 20 février 2013.
Jean-Pierre Jouyet et François Hollande, le 20 février 2013.

Il y a quelques semaines, alors que déjà son nom circulait pour le secrétariat général de l'Élysée, Jean-Pierre Jouyet s'interrogeait. Il souhaitait alléger son emploi du temps, parce qu'à 60 ans ses multiples tâches l'usaient un peu (il était alors, entre autres, président de la BPI et directeur général de la Caisse des dépôts) et parce que la mort d'un proche l'affecte depuis des mois. Jean-Pierre Jouyet, aimable comme toujours, répondait aux questions de manière un peu évasive. "Je ferai ce que le président souhaitera", disait-il, tout en prêchant pour un profil de secrétaire général "plus jeune". Il se doutait bien, aussi, que la gauche l'attaquerait sur son passé sarkozyste : ne fut-il pas secrétaire d'État chargé des Affaires européennes du président honni de la gauche, entre mai 2007 et décembre 2008, le temps de préparer la France à présider le Conseil de l'UE ? Et puis, dans cette litanie d'interrogations, il y en avait une qui le chiffonnait encore plus : son amitié de plus de trente ans avec François Hollande n'allait-elle pas lui nuire ? "Je n'ai jamais travaillé de ma vie avec François. Le vrai sujet, c'est celui-là : peut-on travailler avec son meilleur ami ?" Ce grand bonhomme un peu dégingandé, aux manières délicieuses, ce grand fan de chansons françaises et de foot va donc occuper le bureau voisin de celui du chef de l'État, son condisciple de la promo Voltaire. À nouvelle équipe matignonesque, nouvelle équipe...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant