Vidéo de la décapitation de James Foley toujours visible sur le net

le
0
Vidéo de la décapitation de James Foley toujours visible sur le net
Vidéo de la décapitation de James Foley toujours visible sur le net

Alors que des extraits vidéo de la décapitation du journaliste américain James Foley par l'Etat islamique proliféraient toujours mercredi sur le web, certains liens avaient été supprimés par YouTube, qui explique n'intervenir qu'en cas de signalement par les internautes, au cas par cas."La seule chose que la plateforme peut faire, c'est bloquer la vidéo si elle est signalée et qu'elle enfreint le règlement de la communauté", indique-t-on chez YouTube. Pour signaler une vidéo, l'utilisateur doit cliquer sur un drapeau en bas à droite de la fenêtre de lecture."Une fois qu'un internaute signale la vidéo, la vidéo va être revue par nos équipes dans le monde entier, qui travaillent 24h/24 sept jours sur sept, et la décision est appliquée rapidement", a-t-on expliqué, sans précision sur le délai moyen de décision entre le signalement et le blocage effectif de la vidéo.La plateforme a refusé de commenter précisément le cas de la vidéo de l?exécution du journaliste, alors que la requête "James Foley" sur YouTube indiquait mercredi après-midi plus de 67.000 résultats.Certains liens qui montraient la décapitation de James Foley en début d'après-midi renvoyaient désormais au message suivant : "cette vidéo a été supprimée, car elle ne respecte pas les règles de YouTube concernant la violence". Dans ce cas, la vidéo disparaît automatiquement du référencement dans les recherches.Une journaliste de l'AFP a pu cependant trouver en moins de quinze minutes la vidéo montrant l'exécution dans son intégralité."Nous supprimons les vidéos présentant certains types de contenus comme ceux mettant en avant de la violence gratuite, des discours de haine et/ou d'incitation à commettre des actes violents, quand elles nous sont signalées par nos utilisateurs. Nous bloquons aussi les comptes enregistrés par des membres de groupes désignés comme organisations terroristes étrangères (Foreign ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant