VIDÉO. Copé : "Je ne peux pas accepter cette ambiance de chasse à l'UMP"

le
0
Jean-François Copé se dit victime d'un lynchage médiatique.
Jean-François Copé se dit victime d'un lynchage médiatique.

Invité sur LCI pour s'expliquer sur ses déclarations de lundi au siège de l'UMP à la suite de l'enquête du Point qui révèle qu'il aurait favorisé une société amie pour fournir des prestations à son parti, Jean-François Copé a étayé sa défense face à Michel Field. Dans la droite ligne de ses précédents propos, le maire de Meaux a persisté dans sa croisade contre les médias et justifié sa volonté de soumettre les dirigeants des organes de presse à la transparence : "Le jeu est inégal. Quand un organe de presse s'acharne contre vous, quelle que soit votre réponse, le procès est instruit à charge", a-t-il déclaré. Il a également évoqué "une atmosphère de violence", avec "des journaux qui se reprennent et qui ne laissent plus de place à la vérité", et a répété que les chiffres du Point n'étaient "pas les bons". "Je ne peux pas accepter cette ambiance de chasse à l'UMP en période électorale", a-t-il déploré. Par la suite, son contradicteur du jour lui a demandé pourquoi il n'avait pas montré les factures au lieu de les mettre sous scellés. Il a argué que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) avait "déjà contrôlé les comptes de campagnes de l'UMP" et qu'il ne voyait pas "en quoi les journalistes peuvent évaluer le bon prix d'une prestation". Il a ajouté, faisant référence à sa proposition de loi qui imposerait la transparence à tous les partis, que "tout...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant