VIDÉO. Benoît Hamon : "Il faut redresser un pays ruiné"

le
1
Benoît Hamon reconnaît qu'il avale des couleuvres, mais ne souffre pas d'indigestion.
Benoît Hamon reconnaît qu'il avale des couleuvres, mais ne souffre pas d'indigestion.

"Personne n'est indispensable", déclare Benoît Hamon, ministre délégué à l'Économie sociale et solidaire et à la Consommation, lorsqu'on l'interroge sur un remaniement ministériel. Et même pas lui. "On peut faire une très bonne politique de gauche sans Benoît Hamon...", poursuit-il, avant d'ajouter : "Mais je pense aussi qu'on peut en faire une très bonne avec Benoît Hamon." Interrogé sur le récent sondage de popularité des ministres et le décrochage de Manuel Valls, il rétorque que "sa cinquième place, beaucoup en rêveraient". Et Fabius donné à Matignon ? "Il connaît le job comme on dit, il l'a déjà occupé et a une autorité incontestable", dit-il, ajoutant que, pour autant, "un Premier ministre est en place". "Les petits péages du quotidien"Reconnaissant qu'il avale "des couleuvres" au gouvernement, mais qu'il n'est "pas en situation d'indigestion", l'ancien frondeur désormais "loyal" défend ses remuants collègues écologistes : "S'ils quittaient le gouvernement, ce serait un échec." Le temps est venu de "redresser un pays ruiné", martèle enfin l'ancien porte-parole du PS, qui tient à se poser comme le ministre qui agit "sur le concret des Français" et "ces petits péages du quotidien qui leur empoisonnent la vie et dont ils ne comprennent pas qu'ils ne soient pas levés". L'occasion aussi de réagir à l'enquête du Point sur l'affaire Copé : "Dès lors que l'UMP a fait appel à la souscription des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dub22 le mardi 4 mar 2014 à 14:21

    A priori, je n'ai pas la même définition du terme redresser que M. Hamon... sauf si sombrer doucement dans le dictature de la pensée de Gauche peut s'appeler un redressement!!!!!