VIDEO. «Adopte un curé» ou comment l'Eglise modernise le denier du culte

le
0
VIDEO. «Adopte un curé» ou comment l'Eglise modernise le denier du culte
VIDEO. «Adopte un curé» ou comment l'Eglise modernise le denier du culte

Après «Adopte un prêtre» qui proposait de soutenir par la prière un futur prêtre, l'Eglise de France continue d'innover dans sa communication en direction des fidèles les plus jeunes. Les six diocèses de Normandie ont lancé vendredi sur internet une campagne visant les jeunes pour le denier du culte, qui sert à financer les activités de l'Eglise, sous le titre choc: «Adopte un curé».

Conçue par l'agence de communication lyonnaise Alteriade, cette campagne, diffusée exclusivement sur Internet, «cible les 18-40 ans» pour les inciter à faire un don à l'Eglise, a expliqué le vicaire général du diocèse de Bayeux, le père Xavier Signagout. «L'idée est de toucher des donateurs plus jeunes férus de technologies» explique un responsable de l'agence de communication qui préfère rester anonyme. «Nous n'avons eu que des retours positifs» assure-t-il.

Un campagne de communication risquée

Le site, qui fait référence au site de rencontres «Adopte un mec», s'ouvre sur le visage séducteur et souriant d'un homme jeune en tenue d'ecclésiastique. «Pour soutenir la mission de ton curé, au lieu d'adopter, donne au denier» conseille le site. Suivent ensuite plusieurs propositions d'offres de don: un panier repas, des déplacements, une journée en mission parmi d'autres, pour respectivement 10, 80 et 100 euros.

D'autres sites qui copiaient le concept d'Adopteunmec.com ont subi les foudres légales des propriétaires du nom qui menacent souvent de procès les fautifs. Mais comme l'explique le communicant à l'origine de la campagne « beaucoup de vidéos utilisent déjà les codes de ce site. La prise de décision a été collégiale avec un risque assumé».

Les six diocèses de Normandie travaillent ensemble depuis plusieurs années pour le denier du culte, avec une campagne classique d'incitation au don, a expliqué le vicaire général. La campagne sur internet vient donc en complément: «Le but est que les gens se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant