Victor Moses, parce qu'il vient de loin

le
0

À 24 ans et après deux saisons en prêt à Liverpool et à Stoke City, Victor Moses aimerait bien gagner sa place au sein de l'effectif de Chelsea de José Mourinho. Un défi de taille qui semble ne pas pouvoir effrayer le Nigérian, qui a surmonté, dès son plus jeune âge, bien des épreuves.

Le 6 novembre 2007, le Ninian Park de Cardiff City fait la connaissance d'un jeune joueur de 16 ans, pur produit du centre de formation de Crystal Palace. Ce jour-là, les Blue Birds disputent la quinzième journée de Championship face aux Eagles. Après l'ouverture du score de Darren Purse et l'égalisation de Ben Watson sur penalty, le match perd en intensité. L'entrée de Victor Moses à la 72e minute de jeu n'y changera rien. Mais qu'importe, le jeune attaquant obtient ce qu'il était venu chercher : un peu de temps de jeu pour faire ses preuves. Pari réussi pour le Nigérian qui dispute, lors de la saison 2007/2008, seize matchs et inscrit son premier but en professionnel le 12 mars lors d'un match nul face à West Bromwich. Une fois sa carrière lancée, Victor Moses voyage dans toute l'Angleterre, de Crystal Palace à Wigan, de Wigan à Chelsea, de Chelsea à Liverpool, puis de Liverpool à Stoke City. Des voyages ridicules au regard de celui qui a changé sa vie, alors qu'il n'était âgé que de 11 ans.

Guérilla religieuse et grand voyage


Un jour de 2001, alors que le soleil brille sur l'État de Kaduna, au nord-ouest du Nigeria, le jeune Victor décide une fois de plus d'aller jouer au football avec ses amis. Là, dans les rues, ils voient des blessés défiler sous ses yeux sans vraiment comprendre. Ses parents, Austin et Josephine, auraient dû fuir la région depuis longtemps, mais ça, Victor ne le sait sans doute pas. Depuis quelques semaines, l'État de Kaduna est secoué par une guérilla religieuse opposant les communautés musulmanes, souhaitant instaurer la Sharia, au nord, et les communautés chrétiennes, au sud de la région. Contrairement aux autres chrétiens, Austin et Josephine, un pasteur et sa femme, ne fuient pas et accueillent dans leur maison les blessés des affrontements. Mais ce jour-là, quand le jeune Victor rentre chez lui, il ne trouve plus qu'une maison fumante sans âme qui vive à l'intérieur. À 11 ans, Victor devient brutalement orphelin et n'a que très peu d'idées de ce à quoi va ressembler le futur.

Heureusement, son oncle parvient à lui faire quitter presqu'immédiatement le pays. Alors qu'il débarque en Angleterre et pose ses valises à Londres, le jeune Nigérian n'a qu'un ballon de football et un anglais approximatif pour s'intégrer. Avec son nouveau statut de demandeur d'asile, Victor Moses se fraie un chemin jusqu'à l'équipe d'un petit club local en Tandridge Youth…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant