Victoire du Brexit : les marchés financiers redoutent une crise pire qu'en 2008

le , mis à jour à 20:22
3
Victoire du Brexit : les marchés financiers redoutent une crise pire qu'en 2008
Victoire du Brexit : les marchés financiers redoutent une crise pire qu'en 2008

Le scénario tant redouté, celui d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, s'est confirmé ce vendredi matin, au fil des heures, plongeant les investisseurs dans la panique. La livre britannique qui tombe au plus bas depuis 1985, le yen qui s'envole, les Bourses qui s'effondrent : les marchés financiers étaient assommés à l'annonce de cette victoire du Brexit. La Banque d'Angleterre a été obligée de faire savoir qu'elle était prête à débloquer 250 milliards de livres (326 milliards d'euros).

 

«C'est l'un des plus gros chocs sur les marchés de tous les temps», réagissait ainsi Joe Rundle, analyste chez ETX Capital. «Les répercussions du vote vont se faire sentir dans le monde entier. L'ampleur des dégâts est difficile à évaluer mais il sera probablement plus important que tous les événements survenus depuis la faillite de la banque Lehman Brothers en 2008». 

 

Effondrement de la Livre. Après s'être envolée au-dessus de 1,50 dollar alors que les derniers sondages montraient une courte avance du camp du maintien, la livre sterling est tombée d'abord sous 1,45 dollar, puis 1,40 dollar, et a poursuivi sa folle descente à des niveaux inédits depuis 1985, jusqu'à 1,3229 dollar, soit une chute de près de 12% de sa valeur. Très tôt ce vendredi, la livre baissait aussi face à l'euro qui s'élevait jusqu'à 81,96 pence, contre 76,02 quelques heures plus tôt.  Parallèlement et avant même que l'annonce soit officielle, le yen, valeur refuge, flambait: le dollar chutait à 99,04 yens, du jamais vu depuis novembre 2013, contre 106,84 yens auparavant, et l'euro à 109,60 yens, contre 122,01 yens. Etonnamment, les devises se stabilisaient quelque peu une fois les résultats officiels connus.

 

Les Bourses chutent. La Bourse de Tokyo a d'abord démarré sur des gains modérés avant de soudainement changer de cap une heure plus tard, plongeant de près de 8% à la clôture. Les géants de l'automobile ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 il y a 5 mois

    Pas beaucoup insistent sur le fait que la bourse de Londres a plutôt tenu le coup - 3 %. Par contre la France -8%, l'Italie -12% C'est normal, ils sont largement bénéficiaires en matière de commerce avec la GB. La dégringolade de la Livre Sterling et l'éventuelle réinstallation des taxes à l'import pourrait faire mal. En conclusion qui panique le plus ???

  • laurhaq il y a 5 mois

    Et le chômage qui remonte, les infos n'en parlent pas ? Vivement le frexit...Cette Europe craint trop.

  • tttt9 il y a 6 mois

    on vit d'amour et d'eau fraîche.