Victoire du Brexit : comment David Cameron a joué à l'apprenti sorcier

le , mis à jour à 13:53
0
Victoire du Brexit : comment David Cameron a joué à l'apprenti sorcier
Victoire du Brexit : comment David Cameron a joué à l'apprenti sorcier

En annonçant en 2013, en vue des législatives de 2015, une consultation à hauts risques sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne, une question qui a toujours déchiré son parti, David Cameron a joué à l'apprenti sorcier. Il a aujourd'hui perdu son pari, sa crédibilité et son poste de Premier ministre. Tirant la conclusion qui s'imposait, il a en effet annoncé sa démission ce vendredi matin, dans la foulée des résultats du référendum. Une démission qui sera effective sitôt désigné un successeur par son parti réuni en congrès en octobre.

Le paradoxe est qu'il s'est démené pendant des mois pour plaider le maintien de son pays dans l'UE, prédisant le pire en cas de sortie, alors qu'il est à l'origine un eurosceptique. «Mais un eurosceptique pragmatique», nuance Peter Snowdon, coauteur d'un livre sur ses premières années à la tête du parti conservateur, «Cameron at 10». «Ce n'est ni Edward Heath (europhile), ni Margaret Thatcher (europhobe). Il est beaucoup plus pragmatique, d'où sa difficulté à convaincre les eurosceptiques», estime ce biographe.

 

Un parcours typique des élites britanniques

 

Fils d'une famille fortunée, le lisse et policé Cameron, 49 ans, père de trois enfants, n'a jamais soulevé les passions dans son parti ni auprès des électeurs. «Il est éduqué mais pas intellectuel, déterminé mais pas dominateur, gentleman mais pas snob (...) il est croyant mais pas trop. Les gens de son espèce ont pas mal de limites -manque d'originalité, absence de passion, tentation de l'auto-satisfaction- mais ils ont jadis dominé le monde», écrit de lui le journaliste et biographe Charles Moore, pour qui il représente «un prototype moderne parfait d'une très vieille espèce britannique».

Education au collège chic d'Eton, fréquenté par son rival Boris Johnson -qui passait à l'époque pour plus brillant et prometteur, selon son biographe Michael Ashcroft-, études à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant