Victoire de Trump: les marchés reprennent pied

le , mis à jour à 22:38
162
A la Bourse de Francfort, le 9 novembre 2016 ( AFP / DANIEL ROLAND )
A la Bourse de Francfort, le 9 novembre 2016 ( AFP / DANIEL ROLAND )

Faisant fi des craintes initiales suscitées par l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, les marchés financiers ont repris le dessus mercredi, dans la foulée de Wall Street dont l'indice vedette s'est offert le luxe de flirter avec des records.

Pour la finance mondiale, l'Histoire a bégayé mercredi. Comme en juin où les investisseurs s'étaient couchés confiants avant le référendum britannique et s'étaient réveillés avec un Brexit, ils ont rêvé durant la nuit d'Hillary Clinton présidente pour découvrir mercredi matin que ce sera Donald Trump.

Mais si les places financières ont connu une phase d'ajustement, avec des nettes baisses notamment à l'ouverture des Bourses européennes, non seulement elles n'ont pas cédé à la panique mais elles ont réussi à remonter la pente au fil de la journée, changeant même de cap grâce à aux marchés américains.

L'indice Dow Jones a fini sur une nette hausse de 1,40%, à 18.589,69 points, proche de son plus haut niveau à la clôture.

Le dollar est lui aussi parvenu à inverser la tendance, remontant face à l'euro. Vers 21H15 GMT, l'euro s'échangeait à 1,0915 dollar, contre 1,1020 dollar mardi vers 22H00 GMT.

"Pendant la nuit, les marchés ont plus fortement accusé le coup mais une fois la stupeur passée, le fait qu'Hillary Clinton ne conteste pas la victoire et que le premier discours de Donald Trump soit perçu comme davantage fédérateur que diviseur a aidé les investisseurs à ne pas basculer dans la panique comme après le vote en faveur du Brexit", explique à l'AFP Alain Zeitouni, directeur des gestions pour Russell Investments France, basé à Londres.

- Le peso dans les limbes -

La Bourse de Paris a basculé dans le vert juste au moment où Wall Street ouvrait, terminant même sur une progression confortable de 1,49%. Le jour de l'annonce du vote en faveur du Brexit, la cote parisienne avait perdu plus de 8% à la clôture.

Francfort a de son côté finalement gagné 1,56% contre un recul 2,87% à l'ouverture, tandis que Londres a pris 1,00%.

Le mouvement de repli vers le refuge traditionnel des marchés obligataires, observé à l'ouverture du marché européen s'est également tassé, les taux se retendant même en fin de séance en Europe.

A Londres, coeur de la finance européenne, l'ambiance n'en était pas moins sombre. "Maintenant que Trump est élu, je ne sais pas quel sera le prochain désastre", lâchait John, un travailleur de la City interrogé par l'AFP, sous couvert d'anonymat.

Les marchés asiatiques ont davantage souffert. A Tokyo, l'indice vedette Nikkei, pourtant confiant en début de matinée, a chuté de 5,36%. Sydney a fini en recul de près de 2% et Hong Kong de 2,20%.

La monnaie mexicaine, baromètre de l'opinion des marchés ces dernières semaines sur l'issue du scrutin américain, a aussi payé le prix fort, plongeant de plus de 8% peu après l'ouverture des opérations bancaires au Mexique. Vers 21H15 GMT, la devise mexicaine s'échangeait à 0,05022 dollar pour un peso, contre 0,05456 dollar la veille.

Le Mexique redoutait un succès de Donald Trump, du fait des menaces du milliardaire notamment de renégocier les accords de libre-échange.

- Le jour d'après -

Victoire de Trump : les Bourses se ressaisissent
Victoire de Trump : les Bourses se ressaisissent ( AFP / Laurence SAUBADU, Vincent LEFAI, Jean Michel CORNU )

Maintenant, "le marché va surveiller avec beaucoup d'attention la manière dont il va mettre en place sa politique", relève auprès de l'AFP Alexandre Baradez, un analyste de IG France. Il y aura donc certainement une "phase d'attente et d'observation qui va suivre sur le programme et les réactions mondiales".

"C'est une étrange journée, politiquement et financièrement. Nous avons enduré des chocs politiques massifs, mais les marchés se demandent si le président Trump sera autant une menace pour l'économie américaine quand il sera en poste que pendant sa campagne", observe aussi Kathleen Brooks, directrice de la recherche de City Index.

Si le programme annoncé par Donald Trump pendant la campagne se concrétise, "les changements économiques risquent d'être radicaux", estime Alain Zeitouni.

Mais parallèlement, complète-t-il, Donald Trump "vient du monde des affaires, il connaît l'importance de la croissance économique et en outre avec une Chambre des Représentants et un Sénat républicain, il a la voie libre".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 3 semaines

    Attendez de voir le résultat du référendum italien le 4 décembre, on a pas fini de rigoler...

  • jpam il y a 3 semaines

    Les adorateurs hollandistes sont KO debout. Une fois de plus ils se sont lourdement trompés. Faut dire qu'ils ne comprennent rien aux aspirations des peuples et sont dans une déni de démocratie quasi permanent. Le monde qu'ils imaginent n'existe pas, les peuples le savent. Mais les bobos, enfermés dans leur égoïsme de classe, méprisent les peuples et s'imaginent les représenter... Juste retour des choses. Il faudra juger Trump sur ses actes et ses résultats.

  • mlaure13 il y a 3 semaines

    Inquiétude dans le monde?...ARCHI FAUX...La bourse s'est reprise hier en qqs heures et aujourd'hui, elle EXPLOSE DE JOIE...D'accord ou pas, c'est un mec qui en a (pas comme nos socialopithèques et UMP associés)...et on saura bientôt si elles sont pendues comme il faut ...Mais de toute façon, c’est un pied de nez à l’establishment qui nous ruine pour son profit depuis plus de 40 ans ...L'heure de la révolte a sonné et l'Amérique nous montre le chemin...;-)))

  • M802641 il y a 3 semaines

    @M2286010 Exact. En fait " Les politiques, "l’intelligentsia" et les médias à leur botte, tentent de le faire assimiler à fascisme". revient en réalité à une forme de dictature - de l'élite, pas du prolétariat ! Poutine quoi, un peu plus dilué !.

  • M802641 il y a 3 semaines

    Nadine Morano contre la caricature politico-journalistique biaisé ce matin sur France-Info - épique estocade contre cette bande de contellos ! En voilà une qui appelle un chat, un chat et dit la vérité toute crue.

  • M6362897 il y a 3 semaines

    c est drole.... Trump a promis de diviser par deux les impots des societes et des individus...comme si cette mesure n etait pas bonne pour l economie et les marches...pendant ce temps la...not prez a 4% de satisfait...parce qu il a ete elu pour vider les caisses....qui etaient vides...et comme il n aime pas les riches....les riches se barrent...et la France est numero mondial de l exode des riches (9000) en 2015...donc...l enfer c est chez nous...

  • M2286010 il y a 3 semaines

    Populisme a pour racine peuple. Les politiques, et les médias à leur botte, tentent de le faire assimiler à fachisme. La victoire du peuple sur "l'intelligensia" qu'ils représentent., ils n'en veulent pas. Nous avons le pouvoir, pas les sans dents. Pourquoi pas la démocratie, des referendum (referenda pour les latinistes) pendant que nous y sommes ?

  • M2286010 il y a 3 semaines

    "...les marchés faisant fi de la crainte initiale suscitée par l'élection de D. Trump..." Faux, archi-faux! Cette soit-disant "crainte initiale" a été diffusée, depuis des mois, par les médias à la botte des pouvoirs en place. Les politiques tremblent de se confronter à un redoutable homme d'affaires (Hollande prend déjà du Tranxène). Les investisseurs, eux, n'ont pas peur, tous les indices montent (hors Mexique). Le piège politico-journalistique a échoué lamentablement!

  • bigfake il y a 3 semaines

    Le Brexit, Trump... les marchés aiment bien tout ça.

  • dupon666 il y a 3 semaines

    le fameux "mur de la honte" existe depuis longtemps.......Secure fence act story......http://www.theatlantic.com/photo/2013/05/on-the-border/100510/