Victoire de Trump: les Chinois stupéfaits mais optimistes

le
1
Un couple pose à côté d'une éffigie en carton de Donald Trump au consulat américain à Shanghai, le 9 novembre 2016 ( AFP / JOHANNES EISELE )
Un couple pose à côté d'une éffigie en carton de Donald Trump au consulat américain à Shanghai, le 9 novembre 2016 ( AFP / JOHANNES EISELE )

Les Chinois accueillaient mercredi la victoire de Donald Trump avec un mélange d'optimisme et de stupéfaction, se disant incertains de la manière dont le tribun aux diatribes anti-Chine traitera leur pays une fois au pouvoir.

Aucune élection libre et pluraliste n'est organisée en Chine. Mais beaucoup de Pékinois ont suivi avec attention les médias américains et les réseaux sociaux, partageant leur stupeur à mesure que la victoire de M. Trump se dessinait.

A l'ambassade des Etats-Unis à Pékin, deux salles pleines accueillaient les plus passionnés, venus suivre le décompte des voix sur les chaînes américaines. Pour beaucoup d'entre eux, le magnat Trump va privilégier les relations économiques avec la Chine, au détriment des critiques sur les droits de l'Homme, dont l'ex-secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton se faisait la championne.

Certes, durant sa campagne, M. Trump avait promis d'infliger une taxe de 45% sur les produits fabriqués par le géant asiatique. Mais Zhang Meiyang, une professeure, juge qu'il "aura une politique étrangère très amicale envers la Chine".

Ren Hong, étudiante de 36 ans, déclare à l'AFP trouver Donald Trump "amical, mais également aggressif". Il "pourrait être un bon président" pour les Américains, estime-t-elle, se disant cependant perplexe sur le traitement qu'il réservera au géant asiatique.

"Je pense qu'il prendra des actions qui ne seront pas bonnes pour la Chine, mais c'est une bonne occasion pour les deux pays de construire une nouvelle relation", note-t-elle cependant.

Les tensions entre Washington et Pékin sont récurrentes sur des sujets comme la cybersécurité, la politique économique chinoise, ou encore leurs luttes d'influence en mer de Chine méridionale.

Le président chinois Xi Jinping à Pékin, le 31 octobre 2016
Le président chinois Xi Jinping à Pékin, le 31 octobre 2016 ( AFP / FRED DUFOUR )

Mais le président chinois Xi Jinping s'est dit mercredi "impatient" de travailler avec Donald Trump "sans confrontation" et "en vertu du principe de respect mutuel", dans un télégramme de félicitations au président élu des Etats-Unis.

- 'La Chine a de la chance !' -

Au "Café du pont", établissement branché du quartier étudiant pékinois de Wudaokou, les clients mangeaient des paninis et des salades en regardant les résultats de l'élection sur des plateformes de vidéo en streaming.

"On ne peut pas trop savoir à qui faire confiance, donc je vois plutôt tout ça comme un spectacle et je regarde le décompte sans me préoccuper du résultat", déclare Ariel Zhang, 30 ans, en égrenant sur son smartphone des photomontages comparant la crinière dorée de M. Trump à des épis de maïs.

Une femme pose à côté d'une éffigie en carton de Donald Trump au consulat américain &a
Une femme pose à côté d'une éffigie en carton de Donald Trump au consulat américain à Shanghai, le 9 novembre 2016 ( AFP / JOHANNES EISELE )

Liu Xiaofan, étudiante en piano de 24 ans, se demande si les Américains ont vraiment réfléchi à leur vote. "Ils continuent à dire que Trump va inaugurer une nouvelle ère, mais beaucoup de gens ne comprennent pas", dit-elle.

A Shanghaï, devant le temple Jing An, Dai Liyan, une passante prédit elle des heures sombres pour l'économie.

"Le résultat de l'élection va surtout avoir une influence sur le marché, déclare-t-elle. "Si le président a une mauvaise image, le dollar va s'affaiblir. Un ami a déjà acheté de l'or pour limiter les risques."

Mais beaucoup d'internautes jugent le changement à la tête des Etats-Unis de bon augure pour leur pays. En octobre déjà, le président philippin Rodrigo Duterte, dont le pays est traditionnellement allié de Washington, avait opéré un spectaculaire rapprochement vers Pékin.

"Je ne peux m'empêcher de penser que la Chine a vraiment de la chance!", résumait un utilisateur du populaire réseau social Sina Weibo.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • loco93 il y a 4 semaines

    Quand on abat des noirs dans la rue, quand on torture des prisionniers en silence à Guantanamo, quand on balance des bombes sur des civils au moyen orient, quand on a exterminé et chassé les amerindiens, oui on peut parler de droit de l'homme (tout dépend de quel homme visiblement)...