Victoire de Syriza en Grèce : l'invitation de Paris, la méfiance de Berlin

le
0
Victoire de Syriza en Grèce : l'invitation de Paris, la méfiance de Berlin
Victoire de Syriza en Grèce : l'invitation de Paris, la méfiance de Berlin

Si la gauche européenne, dont de nombreux représentants avaient fait le déplacement à Athènes (Grèce), est à la fête depuis dimanche soir, les dirigeants de l'Union européenne apparaissent plus partagés sur la victoire de Syriza aux élections législatives grecque. 

Alors qu'Alexis Tsipras a été officiellement désigné comme Premier ministre ce lundi après-midi, ses partenaires -l'Allemagne en tête- sont dans l'expectative. Car l'Europe doit désormais trouver un terrain d'entente avec le nouveau pouvoir à Athènes, qui exige une restructuration de sa dette au risque de se heurter de front au camp des durs emmené par l'Allemagne.

A Berlin, l'ambiance est, sans surprise, loin de la liesse athénienne. «Il est pour nous important que les mesures du nouveau gouvernement visent la poursuite de la reprise économique de la Grèce, ce qui implique que les engagements pris soient respectés», a prévenu le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel, ce lundi matin. Dans le quotidien populaire Bild, le vice-président du groupe conservateur (CDU, le parti de Merkel) au Bundestag, Hans-Peter Friedrich, joue carte sur table : «Les Grecs ont le droit d'élire qui ils veulent. Nous avons le droit d'arrêter de financer leurs dettes.»  

Hollande : la Grèce doit tenir ses «engagements»

De son côté, François Hollande a invité Alexis Tsipras à Paris. «J'ai eu au téléphone le nouveau Premier ministre grec et je l'ai invité à venir» a confirmé le chef d'Etat qui s'exprimait en fin d'après-midi lors d'une conférence de presse commune avec son homologue colombien Juan Manuel Santos. Evoquant l'amitié qui lie la France et la Grèce, il a toutefois rappelé «deux principes» : la «solidarité» et la responsabilité. «Des engagements ont été pris et ils doivent être tenus», a précisé François Hollande alors que le nouveau Premier ministre grec souhaite renégocier la dette de son pays.

«La France sera aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant