Victoire de l'Australie à la CAN : maintenant, on fait quoi ? .

le
0
Victoire de l'Australie à la CAN : maintenant, on fait quoi ? .
Victoire de l'Australie à la CAN : maintenant, on fait quoi ? .

Pour la première fois de sa courte histoire, l'Australie a remporté la Coupe d'Asie des nations à domicile face à la Corée du Sud. Si ça a l'air d'emmerder copieusement certains concurrents, les kangourous ne boudent pas leur plaisir, eux qui apprennent doucement mais sûrement à apprécier le ballon rond, et qui ne vont pas s'arrêter en si bon chemin.

C'est quand même un sacré bordel, la Coupe d'Asie des nations : non contente d'arborer le même acronyme que son homologue africain, l'édition 2015 du tournoi s'est donc achevée avec la victoire de... l'Australie. L'Australie, oui. Sur son sol, de surcroît. Ce pays-continent que tu pointais du doigt en cours de géographie quand on te demandait où se trouvait l'Océanie. Sans vouloir tomber dans une vile géopolitique de comptoir, c'est comme si personne ne trouvait à redire sur la victoire du Kazakhstan à l'Euro. Forcément, ça fait grincer des dents. Notamment celles de certaines fédérations du Golfe. Récemment interrogé dans les colonnes du quotidien émirati Al-Ittihad, le président de la confédération asiatique de football Sheikh Salman Bin Ibrahim Al-Khalifa passait à confesse. " Oui, c'est vrai. Il y a des indicateurs prouvant qu'un vrai désir existait chez certaines fédérations d'Asie de l'Ouest d'évincer l'Australie. Je sais également que les Arabes ne sont pas les seuls à ne pas être convaincus de l'importance de la présence de l'Australie dans la grande famille du football asiatique ", concluait-il.
AFC : que choisir ?
L'Australie ne serait-elle donc que tolérée chez son voisin oriental ? Certains mécontents fustigeraient une attitude quelque peu désinvolte de la Fédération de football australienne, plus prompte à venir s'inviter chez les autres qu'à organiser des grosses soirées dans sa baraque sur pilotis au bord du Pacifique. Un argument qui tombe légèrement à l'eau pour deux raisons : d'abord, la dernière CAN a été organisée sur le sol australien et ensuite, le championnat australien fait partie des pays les plus porteurs du continent en matière de droits télé avec sa nouvelle Hyundai A-League. Ces deux raisons impliquant des rentrées d'argent relativement conséquentes pour l'AFC. La vérité, c'est que le football asiatique, c'est un peu la cour de récré. Le petit nouveau a le droit de venir taper la balle, mais faut pas qu'il soit trop fort. Sinon, les places en Coupe du monde, déjà peu nombreuses et trustées généralement par les mastodontes Corée du Sud et Japon, se réduisent comme peau de chagrin. D'autant que la Chine et l'Inde, déjà puissances financières et futurs puissances footballistiques, vont bien finir par réussir à monter des équipes nationales dignes de ce nom d'ici quelques années.
Contrat (bien) rempli pour...



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant