Victimes : le difficile travail des associations 

le
0
Elles demandent une meilleure reconnaissance de la part de la société et des pouvoirs publics.

C'est sous un ciel bleu que se sont envolés une centaine de ballons roses, comme autant de commémorations pour les victimes à l'occasion de la journée qui leur était consacrée mardi. Une trentaine d'associations étaient réunies au Trocadéro, en face de la tour Eiffel, pour informer et sensibiliser sur leur travail. Des associations de protection de l'enfance maltraitée à celles d'aide aux femmes victimes de violences en passant par les victimes du terrorisme, le panel était large. Au fil des stands, souvent ornés de photos et de slogans poignants, ces hommes et ces femmes impliqués dans l'aide aux victimes disaient la difficulté de leur tâche, tant auprès des personnes aidées que de la société, des pouvoirs publics voire de leurs partenaires.

Pour Laure Brunel, d'Enfance et partage, «l'une des difficultés est de lutter contre la chape de plomb qui recouvre la maltraitance. Par ailleurs, il est essentiel de libérer la parole, ce qui est très difficile chez des en

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant