Vice Media ou la stratégie gagnante du "bad-boy" des médias numériques

le
0
Vice Media ou la stratégie gagnante du "bad-boy" des médias numériques
Vice Media ou la stratégie gagnante du "bad-boy" des médias numériques

L'ancien mauvais garçon des médias numériques est aujourd'hui le roi du pétrole: Vice, le magazine vidéo, internet et papier préféré des 18-34 ans, vient de sécuriser 500 millions de dollars de financements, ce qui le valorise à plus de 2,5 milliards de dollars.Technology Crossover Ventures (TCV), le fonds d'investissement de la Silicon Valley qui avait financé Facebook et Netflix, lui a apporté 250 millions de dollars, a indiqué jeudi le New York Times.Quelques jours avant, la chaîne de télévision câblée A&E Networks --détenue par les groupes de médias Hearst et Disney-- lui avait apporté la même somme.En contrepartie, ils ont chacun reçu une participation d'environ 10% du capital ce qui valorise la société autour de 2,5 milliards de dollars.Né au Canada mais désormais installé dans le quartier new-yorkais de Brooklyn, Vice Media était au départ un magazine musical punk mais il s'est depuis largement développé dans la vidéo sur internet, à force de "coups", suscitant l'adhésion d'un public jeune et masculin."Vice a réussi à faire l'une des choses actuellement les plus difficiles pour les médias en attirant les jeunes, les geeks et ceux qui, d'ordinaire, ne lisent pas la presse", affirme Rebecca Lieb, experte des médias numériques chez Altimeter. - Sex, drugs, rock n'roll - "Vice s'est fait un nom par son côté subversif. Avec la formule +sex, drugs and rock n'roll+, ils fournissent le contenu que le consommateur réclame", explique-t-elle.Le magazine se présente lui-même comme "un média international qui produit et distribue sur différents supports du contenu numérique pour les 18-34 ans". Vice Magazine a été lancé en 1994 à Montréal par Suroosh Alvi, un ancien héroïnomane, Shane Smith et Gavin McInnes. A l'époque, c'était un simple fanzine gratuit financé par l'Etat canadien en tant que programme de réinsertion pour jeunes drogués.Son site vice.com revendique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant