Vicat: les analystes réservés malgré de bons résultats.

le
0

(CercleFinance.com) - En tête de l'indice large SBF 120, l'action du cimentier Vicat (+ 4,3% à plus de 58 euros) saluait les comptes annuels en nette amélioration publiés la veille. Reste que depuis trois ans environ, le titre a à peine progressé alors que le SBF prenait 12% Et que les analystes semblent penser qu'il est à son prix.

Toujours contrôlé par la famille Merceron-Vicat, le spécialiste du ciment et du béton a fait état hier d'un CA 2016 de 2,4 milliards d'euros. En données publiées, il se tasse en raison notamment de l'effet de changes de ce groupe très internationalisé. Mais en données comparables, il traduit une hausse supérieure à 4%. Par région, l'Afrique et le Moyen-Orient (+ 10,7%, toujours en données organiques) se distinguent, suivie par les Etats-Unis (+ 5,9%), l'Asie (+ 5,3%) qui comprend pourtant la Turquie, alors que la France se défend (+ 2,3% à périmètre constant).

Associée aux économies, ces tendances ont permis au résultat d'exploitation d'augmenter de 5%, et même de 9,6% en données organiques, à 258 millions, et au résultat net part du groupe de progresser dans des proportions similaires à 139 millions (3,10 euros par action).

Certes, le dividende restera inchangé à 1,50 euro, alors que nombre de 'blue chips' de la cote parisienne ont fortement relevé le leur. Reste qu'en 2017, Vicat table sur 'une amélioration de ses performances' passant notamment par le retour de la croissance en Europe, hors France. De plus, l'endettement, à peine supérieur au tiers des fonds propres, devrait baisser de nouveau.

Et pourtant, depuis trois ans maintenant, le titre Vicat se traite peu ou prou autour du niveau des 60 euros qui est toujours le sien aujourd'hui. En effet, si le CA de 2013 était inférieur à 2,3 milliards, le bénéfice net se montait à 120 millions, et le dividende, déjà, à 1,5 euro.

Qu'en pensent les analystes ? Société Générale, qui préconise de conserver la valeur, se contente de saluer des comptes en ligne et de viser un objectif de 62 euros. Même son de cloche chez Bryan Garnier, neutre sur le titre avec une cible de 60 euros, qui salue des résultats 'sans surprise'. Les analystes redoutent les conséquences sur les marchés émergents d'une politique isolationniste de Donald Trump, 'alors que le coût de l'énergie', que les cimenteries consomment en quantité, 'figure toujours au rang des incertitudes'. Sans oublier les surcapacités d'Inde.

Dans son ensemble, le consensus compilé par FactSet recense huit analystes suivant Vicat. Deux sont à l'achat, un à 'renforcer' et surtout cinq à conserver. Bien que le bénéfice par action soit cette année attendu en hausse de plus de 10%, à 3,53 euros par action, l'objectif de cours moyen ne ressort qu'à 62 euros.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant