Viber intègre des jeux à sa plate-forme

le
0
Viber intègre des jeux à sa plate-forme
Viber intègre des jeux à sa plate-forme

Après les appels vocaux et vidéo, l'application de messagerie Viber ajoute des jeux en réseaux à sa plate-forme dans certains pays tests.Alors que la popularité des applis de messagerie sociale ne cesse de progresser, les firmes qui proposent ces applications doivent proposer de nouvelles fonctionnalités pour se démarquer et garder leurs clients sur leurs plates-formes.

Le gaming devient peu à peu partie intégrante des applis de messagerie plébiscitées au Japon, en Corée du Sud et en Chine, à savoir Line et WeChat. Viber deviendrait donc la première application de messagerie bien implantée en Occident à se lancer dans le gaming sur smartphone.

"Nous nous sommes intéressés à élargir les fonctionnalités de Viber et nous sommes très heureux de dévoiler Viber Games, a commenté Talmon Marco, le PDG de Viber. Cette importante extension de notre plate-forme permet aux utilisateurs de se connecter de façon complètement différente à Viber. C'est une étape importante pour nous et nous avons hâte de voir la réaction des utilisateurs."

En proposant des jeux intégrés à l'appli, Viber peut ajouter une quantité d'éléments sociaux, interactifs et connectés qui manquent aux titres indépendants. Les utilisateurs peuvent par exemple se mesurer à leurs contacts et partager des récompenses.

Autre point fort de la plate-forme, Viber a décidé de mettre la qualité en avant. Seulement trois nouveaux jeux sont proposés depuis lundi dans cinq régions tests : la Biélorussie, la Malaisie, Israël, Singapour et l'Ukraine. Chaque titre a été spécifiquement développé pour Viber et propose même des personnages inspirés des "stickers" personnalisables du service.

Ces trois jeux ne sont autres que Viber Candy Mania (un jeu à la Candy Crush avec Violet et Legat, deux personnages star des "stickers" Viber), Viber Pop et Wild Luck Casino (un jeu de machines à sous virtuelles).

Suite à cette phase de tests, Viber ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant