Vet'Affaires mise sur la franchise

le
0
Seules les ouvertures de magasins permettent au hard discounter de faire grimper ses ventes.

«On n'est pas des philanthropes. Quand une cliente achète un pantalon soldé à 6,50 euros, elle repart avec quatre autres articles dans son panier: on reste gagnants», résume Rémy Lesguer, cofondateur et président du directoire. Mais la crise ne fait plus les affaires de Vet'Affaires. Le hard discounter de la mode, qui espérait récupérer les clients des hypermarchés près desquels il s'installe, subit une baisse de fréquentation. Rien n'y fait. Ni les prix cassés (1,49 euro le T-shirt, à partir de 3,99 euros la paire de chaus­sures), ni une offre modernisée pour résister aux nouveaux rois de l'habillement Zara et H&M: portants ordonnés à la place des bacs à vêtements, marques maison et renouvellement des collections pour un «rendu plus mode».

L'an passé, l'activité, à magasins comparables, a reculé. Le chiffre sera communiqué le 24 janvier, mais sur les neuf premiers mois de l'année, les ventes ont chuté de 6,7%. En Bourse, le titre a fondu de moiti

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant