Verviers : ouverture du procès de la cellule souche des attentats de Paris

le
0
Les enquêteurs belges rue de la Colline à Verviers, où ont été retrouvés plusieurs membres d'une cellule terroriste présumée, en janvier 2015.
Les enquêteurs belges rue de la Colline à Verviers, où ont été retrouvés plusieurs membres d'une cellule terroriste présumée, en janvier 2015.

Soupçonné d'être le dirigeant de la cellule terroriste de Verviers, Marouane El-Bali s'expliquera pour la première fois devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, ce lundi 9 mai. Les faits remontent à plus d'un an, une semaine après les attentats de Charlie Hebdo, à Paris, mais pourraient directement concerner ceux du 13 novembre à Paris et ceux de Bruxelles, en mars 2016. Ce jeune Molenbeekois de 25 ans est alors arrêté, en tentative de fuite, lors de l'opération des unités spéciales belges, menée à la nuit tombante, le 15 janvier dans une ancienne boulangerie au c?ur de la petite ville de Verviers, à 100 km de Bruxelles.

Dans cette habitation, on le suspecte d'avoir fomenté un attentat avec ses deux comparses, Sofiane Amghar et Khalid Ben Larbi, tués au cours de l'opération. Mais, pour son avocat, Me Didier de Quévy, c'est tout simplement « une erreur ». Son client, ex-agent de sécurité, s'est fait piéger. L'avocat trépigne d'impatience à l'idée de visionner les vidéos réalisées par les agents de police lors de l'opération, ainsi que la vidéo prise par une voisine, qui devront préciser les faits.

Décapitation filmée d'une haute autorité belge

Or ces vidéos ne seront pas les seules pièces à charge potentielles du procureur général lors du procès. Dans la maison, les policiers saisissent des explosifs, des uniformes de policiers, des kalachnikovs, une mini-caméra GoPro, et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant