Verviers : la cellule terroriste qui voulait faire sauter un aéroport

le
0
Des forces spéciales interviennent autour de la planque de Salah Abdeslam le 15 mars dernier.
Des forces spéciales interviennent autour de la planque de Salah Abdeslam le 15 mars dernier.

Les attaques qui ont ensanglanté la capitale belge, en début de semaine, et Paris, le 13 novembre 2015, ont été réalisées par une même équipe franco-belge, placée sous l'autorité d'Abdelhamid Abaaoud. Telle est aujourd'hui la certitude des services de police belges et français. Le fait que trois des membres des commandos qui ont ciblé l'aéroport Zaventem et le métro, à deux pas du Parlement européen, aient été des proches de Salah Abdeslam ne fait désormais plus de doute. Ce dernier, seul survivant du groupe terroriste qui a frappé le Stade de France, les bars et restaurants des 10e et 11e arrondissements parisiens avant de s'en prendre au Bataclan, a beau soutenir ne pas avoir été au courant des tueries en Belgique, les liens qu'il entretenait avec les frères Bakraoui et Najim Laachraoui sont désormais bien établis.

Le renvoi devant le tribunal correctionnel de 16 personnes, proches d'Abdelhamid Abaaoud, décidé hier, le 24 mars, par la chambre du conseil de Verviers pourrait apporter de nouvelles informations sur les connexions entre les deux cellules française et belge.

Les frères Bakraoui

Khalid El Bakraoui, 27 ans, kamikaze de la station Maelbeek, avait loué sous le pseudonyme d'Ibrahim Maaroufi le logement de la rue du Fort à Charleroi qui a servi de base arrière aux assaillants du 13 novembre. Le parquet fédéral belge a indiqué que c'était lui qui avait également loué l'appartement de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant