Vers une "trajectoire de compétitivité" plutôt qu'un "choc"

le
9
LE GOUVERNEMENT PLAIDE POUR UNE "TRAJECTOIRE DE COMPÉTITIVITÉ"
LE GOUVERNEMENT PLAIDE POUR UNE "TRAJECTOIRE DE COMPÉTITIVITÉ"

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Le gouvernement proposera une "trajectoire de compétitivité" et non le "choc" réclamé par les chefs d'entreprise car un bond des taxes sur les ménages tuerait l'espoir de reprise économique, a-t-on appris de source proche de l'hôtel Matignon.

Après avoir annulé la TVA sociale de Nicolas Sarkozy, il veut convaincre que le coût du travail n'est qu'une partie du problème de compétitivité de la France, mis en lumière par un recul de ses parts de marché dans le commerce mondial plus fort que certains de ses voisins.

Favoriser l'innovation, la montée en gamme des produits français, le financement de l'export et des entreprises ou simplifier les contraintes sont selon lui des leviers au moins aussi importants. En espérant aussi que les partenaires sociaux parviendront en parallèle à 'moderniser' le marché du travail.

Le coût du travail sera bien baissé mais selon des modalités qui restent ouvertes.

"Rien n'est tabou, on regarde toutes les options", a dit une source proche du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. "Et on regarde tous les impacts macroéconomiques : si c'est pour faire un transfert dont l'impact sera plutôt récessif, ce n'est pas ce qu'on cherche."

Après trois trimestres de stagnation, l'économie française est menacée de deux autres trimestres de croissance nulle, selon l'Insee. D'où la volonté de tenter de préserver la consommation.

"Dans le 'choc', il peut aussi y avoir un effet choc récessif", poursuit la source. Donc plutôt qu'un choc, "on va faire une trajectoire de compétitivité".

EN ATTENDANT GALLOIS

Une forte hausse de la TVA ou de la CSG qui compenserait une baisse des charges des entreprises, une piste vivement combattue au sein du PS par des économistes comme Karine Berger, chargée de l'économie, et le député Pierre-Alain Muet ou par le ministre du Travail, paraît ainsi condamnée.

Seul un quart des entreprises françaises est réellement confronté à la compétition internationale et doit donc être particulièrement aidé, souligne ce dernier.

"Rien n'est tranché à ce stade", poursuit la source. "Il y a différents types d'impôts et de taxes, différentes catégories, on peut jouer sur pas mal de paramètres."

Mais les entreprises, qui s'opposent déjà bruyamment aux hausses d'impôts que le gouvernement veut leur imposer, n'obtiendront pas les dizaines de milliards d'euros de baisse immédiate des cotisations sociales qu'elles demandent.

Sans doute consciente de cela, la présidente du Medef, Laurence Parisot, a haussé le ton dans une interview publiée ce lundi dans le Figaro, où elle dresse un diagnostic très noir de l'état des entreprises françaises.

En attendant la remise le 5 novembre du rapport sur la compétitivité de Louis Gallois, l'ancien PDG d'EADS, tous les ministères sont invités à travailler sur le dossier.

Sitôt le rapport remis, un séminaire gouvernemental fixera un agenda de réformes et le Haut conseil du financement de la protection sociale, installé le mois dernier, sera saisi.

Jean-Marc Ayrault défendra quant à lui ce lundi le volet hors-coût de la compétitivité en visitant l'Institut de recherche technologique de Nantes, une structure qui rassemble l'université, la recherche et l'industrie, que le gouvernement veut développer à Grenoble, Toulouse et ailleurs en France.

Edité par Yann Le Guernigou

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le lundi 15 oct 2012 à 21:11

    Exact, M72239276, dans ma Corse ancestrale : 1 région, 2 départements, 3 sous-préfectures, 55 cantons, 20 intercommunalités, 360 communes pour 300 000 habitants. Il y a 7 ronds-points sur la route de 10 km qui mène à mon village de 2 000 habitants. Sans comter bien sûr toutes les "lois d'excaption" relatives à la Corse et censées être gérées par le législateur ...

  • M7239276 le lundi 15 oct 2012 à 20:47

    J'oubliais les métropoles, les communautés urbaines (CU), les communautés d’agglomération (CA); les communautés de communes (CC), les syndicats d’agglomération nouvelle (SAN), les syndicats mixtes; les syndicats à vocations multiples (SIVOM), les syndicats à vocation unique (SIVU), sans compter les pays et les parcs régionaux....

  • M7239276 le lundi 15 oct 2012 à 20:32

    23 000 pages de journal officiel par an, 150 000 paragraphes de lois et décrets actifs, 7 strates empilées d'administrations se disputant leurs attributions, 20% de la population active fonctionnaire ou assimilée, 56% de la dépense du pays décidée par des administratifs, 601 132 élus; tu la sens, ma grosse trajectoire de compétitivité...

  • G.DESJON le lundi 15 oct 2012 à 09:54

    divisons par deux en 5 ans le poids de l'Etat et des collectivités territoriales , et dans 5 ans, le chomage sera de 5% et on aura un excédent budgétaire. On n'a qu'à dire à Hollande que Sarkozy est contre, peut-être que du coup, il va le faire...

  • G.DESJON le lundi 15 oct 2012 à 09:50

    @knbskin : ok à 100%...et le seul "autre chose" qu'ils ont trouvé, c'est le mariage homo et la mise à mort de la famille.

  • M8743521 le lundi 15 oct 2012 à 09:46

    Des mots à défaut de solutions: Le gouvernement actuel est totalement incapable de penser le probléme de la compétitivité. Sans diminution du prix de revient des richesses produites, pas de relance à court terme, pas de réduction des déficits commerciaux,acroissement du chomage..etc; Ce n'est pas le émiéme rapport sur le sujet qui changera la donne et le transfert des coûts (TVA, CSG ou accroissement de la fiscalité directe) prouve partout q'il limite la consommation et relance le chomage.

  • M9015350 le lundi 15 oct 2012 à 09:43

    Non, le choc fiscale c'est pour 2013 avec la recession suite à leur trajectoire de competitivité... j'ai jamais vu ni entendu des politiques qui en savaient aussi peu pour gouverner. Ha le bon temps de l'opposition ou il suffisait de lancer des petites phrases en buvant du champ.. maintenant que les gars vous y etes il s'agirait peut-être de se reveiller ou le mechant Sarko va revenir !!!

  • bordo le lundi 15 oct 2012 à 09:36

    Ah oui, et puis c'est une "trajectoire fiscale" et non pas un "choc fiscal" que nous subissons. Finalement c'est simple : il suffit d'expliquer et de croire que tous les français sont demeurés. Qu'ils disent qu'ils ne savent pas et sont bien embêtés, ce sera aussi simple

  • knbskin le lundi 15 oct 2012 à 08:45

    Pff ! Tous ces gens font tout ce qu'ils peuvent pour NE PAS traiter les problèmes puisque les SOLUTIONS ne sont PAS "DE GAUCHE" : diminuer la dépenses publique actuelle, diminuer les impôts des "riches", augmenter les dépenses de recherche, enseignement supérieur, R&D d'entreprises, création d'entreprises. Alors, on se contorsionne désespérément, pour trouver "autre chose", qui évidemment n'existe pas ...

Partenaires Taux