Vers une révision de la revalorisation automatique du smic ?

le
0
Seulement 23 % des personnes rémunurées au smic appartiennent à des foyers considérés comme pauvres, selon le groupe d'experts.
Seulement 23 % des personnes rémunurées au smic appartiennent à des foyers considérés comme pauvres, selon le groupe d'experts.

La réforme de la formule d'indexation du smic est-elle enterrée ? C'est ce que certains ont un peu rapidement conclu, mardi, après que le gouvernement eut fait savoir qu'il était attaché au « principe de progression automatique du smic ».

L'exécutif réagissait au rapport du groupe d'experts sur le smic dans lequel cinq économistes, nommés par le gouvernement, proposaient de mettre un terme à la revalorisation automatique du salaire minimum et de la remplacer par une garantie de pouvoir d'achat tous les trois à cinq ans, c'est-à-dire un rattrapage a posteriori, en fonction de la conjoncture économique.

Mais ce n'est pas la seule piste explorée par le groupe présidé par Gilbert Cette. Les auteurs proposent également une autre solution, la suppression de l'une des composantes du calcul de la revalorisation annuelle du smic. Elle se fait actuellement en fonction de deux variables : l'inflation hors tabac constatée pour les ménages les plus modestes, mais aussi la moitié du gain de pouvoir d'achat du taux de salaire horaire de base des ouvriers et des employés (SHBOE). C'est cette seconde composante qui pourrait être remise en cause par le gouvernement. L'entourage de Muriel Pénicaud a expliqué, dans une déclaration à l'AFP, qu'une révision de ce mode de revalorisation serait intégrée dans les réflexions en cours, notamment sur « le développement de l'intéressement et la participation », un sujet porté par...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant