Vers une hausse de 1,9% des péages d'autoroutes

le
0
VERS UNE HAUSSE DE 1,9% DES PÉAGES D'AUTOROUTES EN 2013
VERS UNE HAUSSE DE 1,9% DES PÉAGES D'AUTOROUTES EN 2013

PARIS (Reuters) - Les péages sur les autoroutes françaises devraient augmenter en moyenne de 1,9% en 2013, selon un calcul effectué mercredi par Reuters à partir du tableau des propositions de hausses transmis par la Direction des infrastructures de transports (DIT) au Comité des usagers.

Le résultat de ce calcul n'est pas pondéré selon le poids des huit réseaux.

Ces augmentations devront être justifiées, notamment en matière d'emploi et d'investissement, a déclaré le ministre des Transports Frédéric Cuvillier, qui envisage une hausse de la redevance domaniale payée par les sociétés concessionnaires.

Les augmentations, qui entreront en vigueur le 1er février prochain, devraient aller de 1,18% sur l'A14 francilienne à 2,29% sur le reste du réseau SAPN Paris-Normandie, exploités dans les deux cas par le groupe Sanef, filiale de l'espagnol Abertis.

Chez Vinci, les péages devraient augmenter de 2,24% sur le réseau ASF (sud de la France) et de 1,92% sur le réseau Cofiroute (ouest), tandis que chez Eiffage, la hausse ressortirait à 1,94% sur les tronçons APRR (Paris-Rhin-Rhône).

En 2012, les péages autoroutiers ont augmenté en moyenne de 2,5%, et en 2011 de 2,2%.

Frédéric Cuvillier a assuré de la "vigilance" de l'Etat sur ce dossier, estimant que les augmentations doivent être décidées "dans le cadre d'une augmentation de l'inflation mais pas au-delà" et correspondre à des investissements.

"L'Etat est vigilant, ferme et souhaite qu'il y ait des contreparties en termes d'investissements, d'engagements créateurs d'emplois et améliorant la situation du réseau autoroutier", a-t-il déclaré à des journalistes.

Il a précisé avoir récemment rencontré à ce sujet les entreprises concessionnaires d'autoroutes.

"Lorsqu'il y a profit, lorsqu'il y a bénéfice tiré d'une privatisation engagée par l'ancien gouvernement et qui prive aujourd'hui l'Etat de sommes importantes pour la modernisation des infrastructures, je souhaite que nous puissions arriver à un accord de relance des travaux qui puisse être le signe d'un meilleur partage de bénéfices au profit des usagers et des contribuables", a fait valoir le ministre.

Il envisage un relèvement de la redevance domaniale, sorte de loyer payé par les sociétés concessionnaires pour l'utilisation du domaine public.

"J'ai souhaité et c'est inscrit dans le projet de loi de Finances, qu'elle puisse être relevée compte tenu de la réalité économique des bénéfices obtenus et de la nécessité de réactualiser cette redevance, ce qui n'avait pas été fait depuis des années, a-t-il expliqué.

Gilles Guillaume, avec Elizabeth Pineau, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant