Vers une hausse d'impôt des plus riches en 2014

le
21
Le ministère du Budget étudierait une reconduction partielle et ciblée du gel du barème de l'impôt sur le revenu pour 2014, selon Le Parisien . » Impôts, taxes, cotisations : ce qui vous attend en 2014

François Hollande a reconnu la necessité d'augmenter une nouvelle fois les impôts, «dans l'idéal, le moins possible», s'était-il empressé de préciser lors de son interview du 14 Juillet. En 2014, ces hausses d'impôts devront être ciblées. Le ministère du Budget envisagerait en effet de taxer davantage les plus aisés en reconduisant partiellement le gel du barème de l'impôt sur le revenu pour les plus riches sur la déclaration de 2014 (sur les revenus de 2013), avance Le Parisien-Aujourd'hui en France . En clair, le taux d'imposition ne sera pas revalorisé au même rythme que l'inflation pour les foyers les plus aisés.

Traditionnellement, la grille sur laquelle repose le calcul de l'impôt sur le revenu (IR) évolue en fonction de l'inflation: cela permet aux ménages qui voient très souvent leurs revenus augmenter (salaires, pensions) en fonction du coût de la vie de ne pas payer plus d'impôt de ce seul fait.

En 2011, François Fillon alors premier ministre avait décidé de suspendre cette indexation pour les revenus de 2011, imposés en 2012 et pour les revenus de 2012, imposés en 2013. La mesure a rapporté 1,7 milliard d'euros supplémentaires à l'État cette année, via l'imposition de 400.000 foyers supplémentaires et une hausse généralisée de l'IR de 2,1 % cette année - qui touche aussi bien les ménages aisés que les classes moyennes et modestes.

3 millions de foyers fiscaux touchés

Le gouvernement ne souhaiterait pas renouveller exactement l'expérience mais plancherait sur un gel du barème ciblé. Les deux premières tranches du barème seraient ainsi réindexées sur l'inflation. À l'inverse, les quatre tranches supérieures seraient, elles, de nouveau gelées, selon Le Parisien. Avec une telle mesure, les 3 millions de foyers fiscaux les plus aisés verront leur imposition augmenter. Les hausses d'impôts s'échelonneront de quelques centaines d'euros à quelques milliers d'euros, selon Vincent Drezet, porte-parole syndicat Solidaires-Finances publiques.

500 millions à un milliard d'euros en plus pour l'État

À titre d'exmple, un célibataire dont les revenus de 2012 se situeraient dans la troisième tranche (20.000 euros) paiera 23 euros supplémentaires, 162 euros s'il appartient à la quatrième tranche (35.000 euros), 626 euros pour ceux qui sont dans la cinquième tranche (100.000 euros), et 1772 euros s'il se situe dans la sixième tranche (200.000 euros), selon les simulations du Parisien. Pour un couple marié avec deux enfants, la hausse supplémentaire d'impôt atteindrait 19 euros pour les familles imposées dans la troisième tranche (40.000 euros de revenus) et de 3059 euros pour les familles ayant gagné 600.000 euros en 2012.

Au total, le gain pourrait être de 500 millions à un milliard d'euros pour l'État, confie Vincent Drezet au Parisien. Et pour trouver les 6 milliards d'euros qui manquent encore, Bercy pourrait également revoir certaines niches fiscales et l'avantage procuré par le quotient familial. Mais les catégories les plus défavorisées ne seraient pas non plus épargnées par cette mise à la diète. La prime pour l'emploi pourrait à nouveau être gelée en 2014.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le dimanche 11 aout 2013 à 19:30

    Hollande et son équipe doivent maintenant composer avec une situation économique dont tout indique qu’ils ne sont pas équipés pour la comprendre. Il n’y a pas besoin de fouiller très loin pour trouver les traces laissées par nos truands en culotte courte. Comme une nappe encore tachée de Nutella, les articles de presse sont encore chauds dans les quotidiens et dans les flux RSS des lecteurs numériques, et ils ne laissent aucun doute sur l’impérieuse incompétence de nos dirigeants.

  • rleonard le dimanche 11 aout 2013 à 14:35

    les plus defavorises seront aussi touchés : il faut croire que nos elus sont dans la vraie misere car eux, on y touche pas à leurs privilèges !!

  • frk987 le lundi 5 aout 2013 à 11:02

    Et l'ISF de FH, c'est pour quand que le fisc se met au boulot ??????????????????????

  • M362321 le vendredi 2 aout 2013 à 12:20

    Arnoge : on est nombreux en à avoir marre mais beaucoup trouvent cela très normal malheureusement... donc la révolution n'est pas pour demain.

  • arnoge le mardi 30 juil 2013 à 21:29

    Un travailleur qui gagne 2000-4000€ brut par mois est un riche selon ces gros c... !A quand une révolution dans ce pays ! Je suis prêt. Marre. RAS LE BOL !

  • arnoge le mardi 30 juil 2013 à 21:21

    Marre, j'en ai marre ! ASSEZ ! J'ai la nausée ! J'ai la haine ! J'en peux plus !Ras le bol de se faire dépouiller !Marre de bosser pour rien !Français, levez-vous ! Français, réagissez !

  • M3366730 le mardi 30 juil 2013 à 21:20

    C'est le socialiste, toujours + d'avantages et de privilèges pour certains (fonctionnaires, régimes spéciaux, élus politiques nationaux et régionaux, gouvernement) et de taxes, impôts, prélèvements sociaux pour le secteur PRIVE : vive la redistribution !

  • gglafont le mardi 30 juil 2013 à 16:33

    Les classes moyennes vont fondre comme neige au soleil. Il ne restera que des vrais riches (+10 M€ de patrimoine), des pauvres, des fonctionnaires pris en charge de la naissance jusqu'à la mort et des hauts fonctionnaires/élus toujours dans leurs palais et voiture avec chauffeurs à se régaler gratos.

  • renaud10 le mardi 30 juil 2013 à 16:11

    et voilà la solution pour les idiots. pourquoi ne pas réduire les dépenses de l'Etat. Dépenses de fct, de structure et de prestations sociales. Mais oui pour cela il faut ... du courage ce n'est donc pas possible. Soyons attentif aux prochaines elections ....

  • dmorvan4 le mardi 30 juil 2013 à 14:50

    Une nouvelle annonce de taxes supplémentaires par jour. Cela va donc représenter, au minimum, 1580 nouvelles taxes d'ici 2017. Maudits soient les citoyens solvables! La France, bientôt la Somalie de l'Europe.