Vers une COP21 sous haute sécurité et concentrée sur l'essentiel

le
0

PARIS, 16 novembre (Reuters) - La conférence climat au Bourget, prévue du 30 novembre au 11 décembre, se réduira à l'essentiel, la négociation d'un accord sur la réduction des gaz à effet de serre, a déclaré lundi Manuel Valls en invoquant des raisons de sécurité après les attentats de vendredi à Paris, qui ont fait 129 morts. La COP21 est "un rendez-vous essentiel pour l'avenir de la planète" et l'annuler ou la reporter reviendrait à "abdiquer face au terrorisme", a dit le Premier ministre sur RTL. "Bien sûr (...) toute une série de manifestations qui étaient prévues n'auront pas lieu. Ça sera sans doute réduit à la négociation", a-t-il ajouté. "Nous sommes en train de regarder ça", a-t-il poursuivi. "Mais tout ce qui était extérieur à la COP, toute une série de concerts, de manifestations d'ailleurs plutôt festives, seront sans doute annulés." La grande manifestation prévue le 29 novembre à Paris par un collectif d'organisations non gouvernementales est ainsi en question. Ces ONG tenaient une réunion lundi en fin d'après-midi pour en discuter. "Rien ne doit être fait qui puisse mettre en danger les gens qui manifesteraient dans Paris", a fait valoir Manuel Valls. "Les forces de sécurité doivent se concentrer sur l'essentiel." L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a estimé dimanche que la COP21 ne pouvait pas se tenir dans les conditions prévues avant les attentats de vendredi. "Entre l'annulation pure et simple qui ne serait sans doute pas un bon signal (...) et le maintien en l'état de la COP21, il me semble qu'il y a un juste équilibre à trouver", a estimé le prédécesseur de François Hollande sur TF1. Initialement 20.000 à 40.000 personnes étaient attendues pendant la durée de la conférence sur le site du Bourget, au nord de Paris, où les délégations de 195 pays tenteront de se mettre d'accord sur le premier accord universel visant à enrayer le réchauffement climatique. Manuel Valls a assuré qu'aucun des 118 chefs d'Etat et de gouvernement qui ont prévu de venir à Paris pour l'ouverture de cette conférence le 30 novembre n'avait demandé un report de ce rendez-vous international préparé depuis des mois. "Tous veulent être là", a ajouté le Premier ministre, selon qui le maintien de la COP sera aussi l'occasion pour le reste du monde d'apporter son soutien à la France. (Emmanuel Jarry, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant