Vers une cohabitation SCPI - OPCI ?

le
0

Dans un article paru le 06 juillet 2010 sur VotreArgent.fr, Henry Buzy-Cazaux, Président de l'Ecole supérieure des professions immobilières, évoque la possibilité d'une co-éxistence entre SCPI et OPCI :

"Quelle était l’arrière-pensée du gouvernement et du parlement ? D’abord, le projet de Bercy était clair : favoriser les placements en valeurs mobilières. Il s’agissait ensuite de faire la part belle aux banques et de leur donner du grain à moudre, non seulement pour constituer les OPCI, mais encore pour les gérer et les distribuer. La crise économique mondiale en a décidé autrement, et à ce jour seuls quatre OPCI grand public ont vu le jour. Je n’ai rien contre les OPCI, mais dès 2005 j’ai été de ceux qui se sont battus pour que les SCPI ne soient pas dissoutes (il en a été question), et qu’au moins celles qui existaient alors et collectaient de l’épargne continuent à vivre. Avec d’autres résistants, dont l’Aspim, l’association française des sociétés de placement immobilier, nous avons eu gain de cause. Depuis lors, OPCI et SCPI cohabitent.

L’avenir et le regard des épargnants nous ont donné raison : en 2009, la collecte nette des SCPI a avoisiné les 870 millions d’euros. Il est clair que l’avènement des SCPI Scellier n’a pas compté pour peu dans cette performance. Certes, dès 2011, les SCPI Scellier vont se verdir et les contraintes de respect des normes environnementales vont sans doute enchérir le prix des parts. Pour autant, avec un rendement moyen de 6,05% en 2009 (contre 5,7% en 2088), il y a de la marge et la légère érosion à prévoir, probablement de l’ordre de 5%, maintiendra la compétitivité des SCPI à un haut niveau."

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant