Vers une baisse modérée des cours du pétrole

le
0
L?anticipation d?une récession entraîne aujourd?hui une baisse de la demande mondiale et peut provoquer la baisse des cours. Plusieurs facteurs sont suivis de près : crise de la dette souveraine européenne, demande chinoise moins élevée qu?escompté et perspectives de croissance incertaines aux Etats-Unis. L?Agence internationale de l?Energie (AIE, basée à Paris) a revu ses prévisions à la baisse, mardi 13 septembre, allant dans le sens des estimations de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) publiées cette semaine. La demande devrait être moins importante en raison du ralentissement économique : 87,99 millions de barils par jour (mbj) pour 2011 et 89,26 mbj en 2012, soit respectivement une baisse de 0,15 mbj et de 0,18 mbj. En revanche, son cours a aujourd?hui atteint un seuil en-dessous duquel le pétrole ne redescendra pas, explique fermement Thomas Porcher, Economiste à l?ESG MS Research Lab. « Il y a de plus en plus de gisements difficiles d?accès et donc plus coûteux à exploiter, pour lesquels un cours en-dessous de 100 dollars le baril n?est pas rentable ». Toutes les prévisions sont cependant exprimées relativement aux évolutions mondiales : une anticipation de baisse signifie en fait une moindre hausse ou une plus forte baisse que prévu.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant