Vers une augmentation des investissements dans les émergents

le
0
LA BANQUE MONDIALE PRÉVOIT UNE AUGMENTATION DES INVESTISSEMENTS DANS LES ÉCONOMIES ÉMERGENTES
LA BANQUE MONDIALE PRÉVOIT UNE AUGMENTATION DES INVESTISSEMENTS DANS LES ÉCONOMIES ÉMERGENTES

WASHINGTON (Reuters) - La part des investissements mondiaux allant aux pays en développement devrait tripler dans les deux prochaines décennies, dans un contexte de croissance rapide des économies émergentes et de leur meilleure intégration aux marchés financiers, estime la Banque mondiale.

Ces pays, dont la population est plus jeune et plus nombreuse que dans les pays riches, devraient également devenir la plus abondante source de capitaux, avec la Chine et l'Inde comme premiers investisseurs mondiaux d'ici 2030, ajoute-t-elle, dans un rapport publié jeudi.

Ces transformations du paysage de l'épargne et de l'investissement auront de lourdes conséquences sur tous les plans, tant sur la hiérarchie des monnaies dans le commerce international que sur le développement de nouveaux centres financiers, le comportement des flux de capitaux et les priorités d'investissement.

Toutefois, les autorités monétaires et financières sont loin d'être préparées à de telles évolutions, focalisées qu'elles sont sur les évènements attendus à un horizon de trois ou six mois, souligne Kaushik Basu, économiste de la Banque mondiale.

"La grande question qui devrait tous nous occuper est de savoir ce qui va arriver aux principaux moteurs de la croissance et du développement, c'est-à-dire l'épargne et l'investissement", a-t-il dit à la presse avant la publication du rapport.

"D'une certaine manière, quelques-unes des perturbations de l'économie mondiale auxquelles nous assistons aujourd'hui sont des indicateurs avancés de la période de turbulence dans laquelle le monde est en train de s'engager", a-t-il ajouté.

Standard & Poor's a estimé cette semaine que les entreprises non financières chinoises devraient dépasser les sociétés américaines en termes de besoins de crédit dans les deux ans.

D'ici 2030, pour chaque dollar investi dans le monde, 60 cents iront vers des pays en développement, une évolution spectaculaire par rapport aux 20 cents qu'ils recevaient en 2000. La Chine représentera 30% de l'activité d'investissement totale, contre 11% pour les Etats-Unis et 7% pour l'Inde.

Ces chiffres sont fondés sur des prévisions de croissance moyenne de l'économie mondiale de 2,6% à 3% par an dans les deux décennies à venir, mais de 4,8% à 5,6% dans les pays émergents.

De plus, avec le développement des flux de capitaux entre pays en développement, le yuan chinois et la politique monétaire du pays auront un impact plus important sur le reste du monde, réduisant l'influence américaine et européenne.

De même, avec un monde plus riche globalement en 2030, la demande de services supplantera celle de produits manufacturés, ce qui exercera une pression à la baisse sur les barrières douanières dans le secteur des services, dit la Banque mondiale.

Anna Yukhananov; Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant