Vers une augmentation des centres éducatifs fermés après le viol d'Agnès

le
0
Suite au drame de Chambon-sur-Lignon, dès mercredi, le gouvernement va décider d'accroître la capacité d'accueil des centres éducatifs fermés créés en 2002. On en compte aujourd'hui 44 pour 500 places. Avec une vidéo BFMTV

Au lendemain du meurtre d'Agnès, le gouvernement veut renforcer l'arsenal judiciaire et pénitentiaire contre les récidivistes. Alors que Claude Guéant a annoncé lundi soir qu'une réforme de la justice des mineurs serait une des priorités après la présidentielle, François Fillon a déjà fait savoir que plusieurs mesures allaient être prises.

Les mineurs accusés de «crime sexuel particulièrement grave» devront désormais être placés en centre éducatif fermé en attente de leur jugement. Dès mercredi, un amendement au projet de loi de programmation relatif à l'exécution des peines sera présenté au conseil des ministres. Les mesures qui seront présentées ont «pour objet de renforcer le suivi des personnes présentant un risque de récidive, en particulier des délinquants sexuels, d'améliorer la prise en charge des mineurs délinquants en accroissant la capacité d'accueil» dans les centres éducatifs fermés (CEF) et de «développer un suivi pédopsychiatrique

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant