Vers un impact limité des attentats de Paris sur les marchés

le
0

(Actualisé avec citations d'analystes, impact sur les cours du pétrole et autres matières premières) par Christopher McCall, Hideyuki Sano et Lionel Laurent SYDNEY/TOKYO, 15 novembre (Reuters) - Les attentats de vendredi à Paris qui ont fait au moins 129 morts pourraient entraîner lundi un bref repli des Bourses mondiales mais leur impact sur l'économie et les marchés financiers devrait être limité, estiment des analystes. En outre, si jamais cet attentats entraînent une détérioration de la confiance en Europe et, par exemple, une chute des recettes touristiques, cela renforcera la détermination de la Banque centrale européenne (BCE) à soutenir l'activité et donc, vraisemblablement, à assouplir sa politique monétaire lors de sa réunion de décembre. Une telle perspective est susceptible de peser sur l'euro, évolution favorable aux exportations, et de soutenir les autres actifs financiers européens, dont au premier chef les actions et les obligations. François Hollande a imposé l'état d'urgence et décrété trois jours de deuil après ce qu'il a qualifié d'"acte de guerre" de la part de l'Etat islamique, qui a revendiqué les attentats. La Bourse de Paris ouvrira toutefois normalement lundi matin après les attentats, qui pourraient en revanche peser sur les actions des sociétés dont l'activité est liée au tourisme et à la consommation. ID:nL8N139155 "En premier lieu, il y a évidemment de l'émotion et de la compassion pour les victimes et leur famille. Maintenant si l'on essaie de regarder froidement la réalité économique, on peut s'interroger sur les conséquences de ces attentats sur le tourisme et la consommation avec l'Etat d'urgence qui a été décrété et les fêtes de fin d'année qui approchent", observe Alexandre Baradez, analyste de marché chez IG France. L'industrie du tourisme contribue pour environ 7,5% au produit intérieur brut de la France. Les analystes financiers, évoquant notamment les attentats commis à Londres et à Madrid en 2004 avec près de 250 personnes tuées dans les deux villes, notent que l'histoire montre que ce genre d'événements n'a guère d'effets durables sur les marchés financiers ou l'activité économique "Aussi terribles que soient ces événements (...) l'activité économique tend plutôt à être assez résistante. La Grande-Bretagne, l'Espagne et la France elle-même ont toutes vu leurs économies être peu affectées par des atrocités terroristes commises par le passé", a dit Howard Archer, économiste chez IHs Global Insight. IMPACT SUR LES COURS DU PÉTROLE Condamnées unanimement par la communauté internationale, les attaques meurtrières qui ont frappé la France ne devraient pas peser longtemps sur les décisions des investisseurs, prédit Shane Oliver, économiste chez AMP Capital à Sydney. "L'histoire nous dira si l'impact économique sera limité mais je pense qu'il le sera, que les marchés s'en remettront vite pour se concentrer sur autre chose", a-t-il dit . La nouvelle des attentats est intervenue après la fermeture des marchés. Les futures sur le S&P 500, qui s'échangeaient encore, ont abandonné 1% dans de faibles volumes. "Si cela s'était passé pendant les heures de marché, il aurait pu y avoir un vent de panique mais les marchés ont eu tout le week-end pour digérer l'information", fait valoir Eiji Kinouchi, analyste chez Daiwa Securities à Tokyo. Les événements comme ceux de Paris ont généralement pour effet d'entraîner une précipitation sans lendemain vers les valeurs refuge comme les obligations d'Etat américaines, explique Guy LeBas, chargé de la stratégie sur le marché obligataire chez Janney Montgomery Scott. "J'espère vraiment que de telles attaques ne se prolongeront pas ou que leur intensité diminuera, auquel cas la seule réaction notable sur les marchés devrait être une brève ruée vers les Treasuries", dit-il. Les cours du pétrole, qui se traitent déjà un creux de six ans, pourraient pâtir des craintes de voir les attentats commis à Paris entraîner un nouveau ralentissement de la croissance économique mondial. Le bas niveau de l'or noir, dont le prix a été divisé par plus de deux depuis son dernier pic de juin 2014, s'explique surtout par un déséquilibre persistant entre une offre abondante et une demande atone. Un recul à court terme du pétrole pourrait cependant être suivi d'une remontée à moyen terme si jamais les attentats commis à Paris conduisent la France et ses alliés à intensifier leur lutte contre l'Etat islamique en Syrie et en Irak. LE POINT sur les attaques contre la France ID:nL8N139116 (Avec la contribution de Tariro Mzezawa à New York et de Nigel Stephenson, Ron Bousso et Libby George à Londres,; Patrick Vignal et Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant