Vers un accord en RDC entre pouvoir et opposition

le , mis à jour à 15:02
0
 (Actualisé avec reprise des discussions, commentaires, 
signature et mention Photo/TV) 
    par Aaron Ross 
    KINSHASA, 24 décembre (Reuters) - L'opposition et le parti 
au pouvoir en République démocratique du Congo (RDC) approchent 
d'un accord sur le maintien en fonction du président Joseph 
Kabila jusqu'à la fin 2017 en échange de la tenue d'élections, 
ont annoncé des participants. 
    Les discussions ont repris à 11h00 (10h00 GMT) après une 
nuit de négociations.  
    La conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), qui 
parraine les pourparlers, s'est montrée confiante dans la 
conclusion d'un accord d'ici à une cérémonie de signature 
programmée vendredi prochain.  
    "Nous avons achevé pratiquement 95% du travail", a déclaré 
le président de la Cenco, Marcel Utembi, aux journalistes. 
    Outre l'organisation d'élections l'an prochain, l'accord 
prévoit la nomination au poste de Premier ministre d'une 
personnalité issue des rangs de l'opposition. 
    Jean-Marc Kabund, secrétaire général de l'UDPS (Union pour 
la démocratie et le progrès social), le principal bloc 
d'opposition, a déclaré que des désaccords persistaient sur la 
personnalité du futur Premier ministre et la composition de la 
commission électorale, accusée de biais en faveur du pouvoir.  
    Le mandat de Joseph Kabila, qui est au pouvoir depuis 2001 
et l'assassinat de son père, Laurent Kabila, a expiré lundi 
dernier à minuit.  
    La Constitution lui interdit d'exercer un troisième mandat 
mais les autorités de Kinshasa ont repoussé jusqu'en avril 2018 
l'élection destinée à désigner son successeur, initialement 
prévue en novembre 2016. Le report a été décidé officiellement 
pour des raisons logistiques et financières.   
    Les tractations visent à mettre fin aux manifestations et 
aux violences qui ont fait au moins 40 morts cette semaine dans 
le pays, selon le Haut Commissaire aux droits de l'homme de 
l'Onu, Zeïd Ra'ad al Hussein.  
    L'Onu a dénoncé un usage excessif de la force. 
    La communauté internationale craint que la RDC, anciennement 
Zaïre, ne replonge dans la guerre civile, à l'image du conflit 
de 1996-2003 qui a fait des millions de morts. 
 
 (Julie Carriat, Gilles Trequesser et Jean-Stéphane Brosse pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant