Vers le rétablissement du matricule dans la police

le
1
RÉTABLISSEMENT DU MATRICULE EN VUE DANS LA POLICE
RÉTABLISSEMENT DU MATRICULE EN VUE DANS LA POLICE

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français rétablira le matricule sur les uniformes de police afin de lutter contre les contrôles d'identité abusifs, a annoncé mercredi Manuel Valls.

Le ministre de l'Intérieur avait déjà dit étudier cette piste, préférée à celle de la délivrance d'un reçu écrit, réclamée sans succès jusqu'à présent par de nombreuses associations.

Dans un rapport rendu public mardi, le Défenseur des droits Dominique Baudis s'est prononcé en faveur de l'identification des auteurs des contrôles de police, mais il ne s'est pas prononcé de façon tranchée pour ou contre le fameux récépissé.

"Il faut changer la nature des contrôles d'identité", a déclaré mercredi le ministre de l'Intérieur sur France Inter.

"Après consultation avec les syndicats, (...) les policiers porteront un élément d'identification sur leur uniforme ou sur le brassard, bref le retour du matricule, parce qu'on a besoin de cet élément d'identification", a-t-il ajouté.

Les fonctionnaires de police ont porté un matricule de façon visible jusqu'en 1984, date à laquelle le ministère de l'Intérieur a changé les uniformes.

Manuel Valls a réitéré mercredi son opposition à la mise en place d'un récépissé en cas de contrôle, une mesure qui ajouterait d'après lui à la "tracasserie administrative" des policiers et des gendarmes, et dont il estime qu'elle n'a pas fait ses preuves.

Un meilleur encadrement des contrôles de police pour lutter contre les contrôles au faciès figurait parmi les promesses de campagne de François Hollande.

Le porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a jugé que le retour du matricule dans la police allait permettre "le retour indispensable de la confiance entre les forces de l'ordre et une partie de la population, et en particulier une partie de notre jeunesse qui se sent harcelée par des contrôles à répétition".

Cette disposition "ne sera pas seule", et d'autres seront étudiées lors d'un comité interministériel organisé "prochainement", a-t-elle précisé lors du compte rendu du conseil des ministres.

Le Syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI) dit ne pas avoir d'opposition de principe à cette mesure mais demande qu'elle soit appliquée à l'ensemble des forces de sécurité, donc également aux gendarmes et douaniers.

Pour autant, le SCSI "n'est pas persuadé que l'apposition du numéro de matricule sur l'uniforme fera disparaître chez certains le sentiment d'existence de contrôles d'identité dits 'au faciès'".

Chine Labbé, avec Elilzabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1736621 le mercredi 17 oct 2012 à 17:58

    Les contrôlés recevront-ils également un matricule?