Vers la fin des internats non mixtes

le
0
La Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde) demande la fin des internats non mixtes pour les élèves des classes préparatoires aux grandes écoles. Elle dénonce une «double discrimination» fondée sur le sexe.

Actuellement, selon le ministère de l'Enseignement supérieur, les filles représentent 44% des élèves de classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), mais ne bénéficient que de 35% des places disponibles en internat. Une situation qui s'explique par un héritage historique auquel la Halde souhaite mettre fin.

Ces internats dépendent de lycées qui étaient non mixtes pour la plupart jusque dans les années 1970. A l'époque, il y avait plus de lits disponibles pour les garçons, plus nombreux à s'inscrire en CPGE. Avec la loi Habby du 11 juillet 1975, la mixité devient obligatoire dans l'enseignement primaire et secondaire. Les lycées de classes préparatoires sont désormais ouverts aux garçons et aux filles sans restriction, mais pas certains internats qui leur sont rattachés. Selon le collectif d'associations «Ouvrons les portes !» sur seize académies, les deux tiers des places dans ces internats sont encore réservés aux garçons.

Pour la Halde, il s'agit d'un

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant