Vers la fin des frais de "roaming" en Europe

le
0
Vers la fin des frais de "roaming" en Europe
Vers la fin des frais de "roaming" en Europe

Le Parlement européen a fait un pas important jeudi vers la fin des frais de "roaming" d'ici 2015 pour les appels ou les SMS envoyés depuis l'étranger et pour un accès sans discrimination à internet, mais ces deux dispositions doivent encore être approuvées par les Etats membres de l'UE.Si le projet aboutit, le surcoût imposé aux usagers dès qu'ils utilisent leur téléphone portable dans un autre pays européen que le leur sera supprimé.Cette mesure est très attendue par les Européens. En début d'année, la Commission avait publié un sondage qui montrait que 94% des Européens réduisent leur utilisation de l'internet mobile à l'étranger, et qu'un Européen sur quatre éteint son téléphone par peur des coûts générés par la réception d'appels ou de SMS."Le vote d?aujourd?hui est une étape importante vers le renforcement du marché unique des télécommunications. Le Parlement veut supprimer les frais d?itinérance pour les appels, les messages et l'internet mobile d?ici au 15 décembre 2015", s'est félicitée la conservatrice espagnole Pilar del Castillo Vera, dont le texte été adopté par 534 voix pour, 25 contre et 58 abstentions.La commissaire européenne chargée des Nouvelles technologies Neelie Kroes, qui a fait de l'abolition des tarifs des frais d'itinérance une des priorités de son mandat à la Commission européenne, peut se targuer d'une victoire, même si les mauvaises surprises ne sont pas tout à fait exclues pour les usagers européens."Ce vote est la réponse que l'UE apporte aux attentes de la population et c'est exactement à cela que l'UE doit servir: lever les obstacles pour rendre la vie des Européens plus facile et moins coûteuse", a dit Mme Kroes."En 2010, j'avais promis de mettre fin aux redevances d'itinérance d'ici à la fin de 2015 et nous sommes aujourd'hui à deux pas du résultat", a-t-elle rappelé.- Une disparition anticipée -En fait, la disparition des frais de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant