Vers la fin de l'offre gratuite illimitée des services de streaming musicaux

le
0
Vers la fin de l'offre gratuite illimitée des services de streaming musicaux
Vers la fin de l'offre gratuite illimitée des services de streaming musicaux

Les principales maisons de disques se seraient mises d'accord pour davantage de restrictions concernant l'écoute musicale gratuite de leurs catalogues sur des plates-formes comme Spotify ou Deezer, selon le site du magazine Rolling Stone.Universal serait à la tête des labels frondeurs et profiterait de la renégociation des accords de licence avec les principaux services de streaming pour imposer leur propre vision. L'idée étant de restreindre au maximum l'écoute de son catalogue afin de pousser les utilisateurs à choisir systématiquement un abonnement payant pour pouvoir en profiter. Selon Rolling Stone, de nombreuses autres maisons de disques seraient sur la même ligne.

Cette rumeur intervient alors que les revenus tirés du streaming ont pour la première fois dépassé, en 2014 et aux États-Unis, ceux des ventes de disques selon la RIAA.

Des offres gratuites de moins en moins restrictives

Si les maisons de disque se rebellent et souhaitent restreindre un peu plus l'écoute gratuite de leur catalogue, c'est donc bel et bien pour pallier à la baisse de leurs revenus traditionnels. Il s'agirait en tout cas d'un retour en arrière pour les internautes, puisqu'en 2014, aussi bien Spotify que Deezer ont largement assoupli leurs conditions d'écoute relatives à leurs offres gratuites.

Sur la plupart des plates-formes de streaming musical, les internautes peuvent aujourd'hui écouter de la musique de manière illimitée avec, en contrepartie, de la publicité et une qualité d'encodage moindre. Ils ne bénéficient évidemment pas non plus de la possibilité d'écouter de la musique hors connexion comme c'est le cas avec une offre premium.

Mécontents du monde de rémunération des artistes, de nombreuses stars sont d'ailleurs encore absentes de l'offre de Spotify, l'application musicale la plus populaire au monde. C'est notamment le cas de l'Américaine Taylor Swift, mais également des Beatles, d'AC/DC ou, côté français, de Jean-Jacques Goldman et de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant