Vers des mises en examen dans l'enquête sur le banditisme corse

le
0
MISES EN EXAMEN EN VUE DANS L'ENQUÊTE SUR LE BANDITISME CORSE
MISES EN EXAMEN EN VUE DANS L'ENQUÊTE SUR LE BANDITISME CORSE

MARSEILLE (Reuters) - Une dizaine de personnes soupçonnées d'appartenir au grand banditisme corse devaient être déférées vendredi devant un juge marseillais pour une probable mise en examen dans le cadre d'une enquête sur des faits de racket.

Le parquet de Marseille a requis un mandat de dépôt pour huit d'entre elles, a déclaré le procureur de la République, Jacques Dallest.

Les enquêteurs les soupçonnent de racket et d'extorsion de fonds principalement au préjudice d'établissements de nuit de la région d'Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône.

"Les chefs de mise en examen devraient être: extorsion en bande organisée, association de malfaiteurs en vue du crime d'extorsion en bande organisée, non justification de ressources aggravée en lien avec le délit d'association de malfaiteurs et les crimes d'extorsions en bande organisée", a précisé Jacques Dallest dans un communiqué.

La peine maximale encourue est de 20 ans de réclusion criminelle et 150.000 euros d'amende.

Parmi les suspects, figurent des proches d'Ange-Toussaint Federici, qui a été condamné à 28 ans de réclusion fin 2010 pour l'assassinat de trois hommes en avril 2006 dans un bar de Marseille.

Une trentaine de personnes soupçonnées d'appartenir au grand banditisme corse avaient été interpellées mardi dans la région marseillaise et en Corse dans Le cadre de cette enquête.

Jean-François Rosnoblet, édité par Gérard Bon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant